Eboulement dans une galerie du chantier Cigéo à Bure: un mort

Le 26 janvier 2016 par Yves Leers
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
2e accident mortel dans le laboratoire de l'Andra.
2e accident mortel dans le laboratoire de l'Andra.
Andra

Un éboulement a fait un mort et un blessé –deux techniciens d’Eiffage- ce mardi 16 janvier dans une galerie du chantier du laboratoire souterrain Cigéo à Bure (Meuse), à 500 mètres de profondeur.

Selon l’Agence nationale pour la gestion des déchets nucléaires (Andra), «un éboulement s’est produit à 12h20 au bout d’une galerie d’expérimentation du laboratoire souterrain en cours de creusement où intervenaient des salariés d’une entreprise prestataire lors d’une opération de boulonnage». La préfecture de la Meuse a donné davantage de précisions: «Le front de taille d’un fond de galerie a glissé alors que des relevés géophysiques étaient en cours. Un éboulement est survenu lors des forages, atteignant un technicien de la société Eiffage. Celui-ci est décédé, l’un de ses collègues est légèrement blessé. La galerie a été entièrement évacuée, les vérifications de stabilité sont en cours.»

Tandis que l’Andra «analyse les causes de l’accident», le procureur de la République de Bar-le-Duc a ouvert une information judiciaire, l’enquête étant confiée à la gendarmerie. L’inspection du travail s’est rendue sur les lieux et une cellule de crise a été mise en place.

Un autre accident du travail s’était produit sur ce chantier le 15 mai 2002. Un mineur avait trouvé la mort lors du creusement d'un des deux puits d'accès, à 225 mètres de profondeur. Il avait été écrasé par un énorme tube d’aération qui s’était détaché au-dessus de lui. Le chantier avait alors été arrêté près d’un an. Un autre ouvrier avait été blessé quelques mois plus tôt, la trappe sur laquelle il se trouvait s’étant ouverte «par erreur».

pas de déchets radioactifs dans le laboratoire

L’Andra a rappelé que le laboratoire souterrain «n’accueille pas de déchets radioactifs et n’en accueillera pas». Il s’agit du «laboratoire de recherches et d’expérimentations pour la conception du futur centre de stockage, Cigéo, qui sera physiquement séparé du laboratoire». Le centre est destiné à accueillir les déchets les plus radioactifs (3% du total des déchets nucléaires) ainsi que les déchets à la plus longue durée de vie.

Après un premier chiffrage à 35 milliards d’euros, la ministre de l’écologie et de l’énergie, Ségolène Royal, avait décrété que Cigéo coûterait 25 milliards.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus