Ebauche d’une stratégie d’agriculture circulaire

Le 01 mars 2019 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
L'accent est mis sur les fertilisants organiques
L'accent est mis sur les fertilisants organiques

Le volet agricole de la feuille de route sur l’économie circulaire a été publié le 28 février par les ministères de la transition écologique et de l’agriculture. Il vise à utiliser davantage de fertilisants organiques et à mieux valoriser les déchets dans une exploitation.

 

Première du genre en France, cette stratégie d’économie circulaire appliquée à l’agriculture résulte d’un atelier organisé dans le cadre des états généraux de l’alimentation. Elle vise à mobiliser des fertilisants issus de ressources renouvelables, réduire les pertes de production et mieux gérer les déchets agricoles.

 

Déchets de cuisine et déjections animales

Au chapitre des fertilisants, une étude est lancée pour définir, d’ici 2020, des objectifs d’utilisation de matières issues de ressources renouvelables en 2025 et 2035. La valorisation des sous-produits animaux devra s’accélérer, en appliquant notamment l’arrêté du 9 avril 2018 qui permet de composter et de méthaniser, sous certaines conditions, des déchets de cuisine et des déjections animales. Enfin, le ministère de l’agriculture devrait autoriser la sortie du statut de déchet pour certains digestats. Ce qui facilitera leur épandage.

 

Contrôle des sols

Concernant l’exploitation, les principaux contaminants des matières organiques issues du recyclage seront réglementés au niveau du seuil, de la traçabilité et du suivi. Leur liste n’a toutefois pas encore été communiquée. Des outils seront aussi proposés aux agriculteurs pour surveiller la qualité des sols tandis qu’un diagnostic des terres obligatoire est à l’étude au moment de la location et de la vente. Une campagne d’information visera aussi à faire connaître la certification ‘éco-épandage’ (maîtrise de la dose à l’hectare et réduction du tassement des sols).

 

Films et emballages

Côté déchets, l’un des principaux enjeux consiste à remplacer les films plastiques par des films de paillage biosourcés et biodégradables (norme NF EN 17033), qui n’auront plus besoin d’être ramassés ni recyclés. Le réemploi et la valorisation des déchets d’agrofourniture devront progresser en application de l’accord-cadre signé le 26 février 2018 avec Adivalor. Enfin, sous l’égide de l’Ademe[1], les agriculteurs seront invités à diagnostiquer les pertes et le gaspillage liés à la production, pour les réduire au mieux et favoriser les dons.

 



[1] Ademe: Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus