Eaux usées: une réutilisation optionnelle dans l’UE

Le 19 décembre 2019 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Moins de 1% des eaux usées sont réutilisées en France
Moins de 1% des eaux usées sont réutilisées en France

Le Conseil européen a approuvé, le 18 décembre, le compromis trouvé avec le Parlement et la Commission pour favoriser la réutilisation des eaux usées à des fins d’irrigation agricole.

Avant dernière étape pour le nouveau règlement européen sur la réutilisation des eaux usées. Après l’adoption par les ambassadeurs des Etats membres, il doit encore être publié au Journal officiel de l’UE, sans doute au début de l’année 2020, et sera applicable trois ans plus tard.  

 

Bémol de taille

Mais pas partout. Chaque Etat membre garde en effet la possibilité de ne pas appliquer le règlement européen, «compte-tenu du fait que les conditions géographiques et climatiques varient sensiblement d’un Etat membre à l’autre», note le communiqué du Conseil européen.

 

Autres usages

Par ailleurs, les Etats membres qui le souhaitent peuvent élargir la réutilisation des eaux usées à d’autres usages: industriels, environnementaux, services collectifs...

 

Un an et demi plus tard

Publiée le 28 mai 2018, la proposition initiale de la Commission visait à quadrupler les volumes réutilisés: soit environ 6,6 milliards de mètres cubes d’eaux grises par an en 2025, contre 1,7 Md m3 aujourd’hui. Le Parlement européen avait adopté sa position en février dernier.

 

Réutilisation contrôlée

Le règlement s’accompagne d’une liste de critères de qualité à respecter (établis par le Centre commun de recherche de l’UE), en particulier en matière de taux de bactéries, de demande biochimique en oxygène, de dureté et de turbidité de l’eau.

 

Quel objectif en France ?

La France est très en retard sur la question, avec un taux de réutilisation des eaux usées de moins de 1%, contre 9% en Italie et 13% en Espagne ? Mais les tensions croissantes dans l’Hexagone, liées aux sécheresses estivales successives, pourraient conduire le gouvernement à légiférer. En conclusion des Assises de l’eau, le ministre de la transition écologique de l’époque François de Rugy avait évoqué, en juillet, un objectif  règlementaire de réutilisation des eaux usées dans les bâtiments neufs.