Eaux usées: deux communes réunionnaises mises en examen

Le 04 juin 2008 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le 2 juin, Sainte-Rose et Sainte-Marie, communes de la Réunion, ont été mises en examen pour pollution et «mise en place sans autorisation d'ouvrages nuisibles». D'après l'AFP, la Brigade de la nature océan Indien qui dépend de la Direction régionale de l'environnement (Diren) avait noté des rejets d'eaux usées en mer en 2003 et 2005. En tout, 8 maires ont été convoqués par le juge d'instruction Jean-Pierre Niel. Sur les 14 stations d'épuration que compte la Réunion, 11 sont considérées comme arrivées à saturation ou obsolètes.

Estimant que les municipalités ne disposent pas des moyens financiers suffisants pour la remise aux normes de ces stations (1), estimée à 365 millions d'euros, l'Association des maires de la Réunion (AMDR) remet en cause ces poursuites judiciaires. «Tous nos dossiers sont bouclés, il reste seulement à trouver les financements pour lancer les travaux», a indiqué à l'AFP le maire de Sainte-Suzanne, Maurice Gironcel (PCR), dénonçant une «inégalité de traitement entre les communes de la métropole et celles de l'Outre-mer». De son côté, l'Etat, en la personne du préfet de la Réunion Pierre-Henry Maccioni, a annoncé son intention de «mobiliser des fonds importants portant à 61 millions d'€ les fonds européens inscrits» pour la période 2007-2013.



(1) Exigée dans le cadre de la directive européenne Eaux résiduaires urbaines (ERU)




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus