Eau potable et arsenic

Le 31 mars 2006 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Dans un article paru dans la revue Environmental health perspectives, des chercheurs américains de l’université de Berkeley et chiliens d’une université de Santiago ont étudié l’impact de l’exposition des bébés, in utero et post-natale, à l’arsenic. Pour cela, ils ont analysé le cas d’Antofagasta, la deuxième ville du Chili, dont les habitants ont subi une pollution de l’eau potable à l’arsenic entre 1958 et 1971. Les scientifiques ont comparé le taux de mortalité, entre 1989 et 2000, des personnes nées à Antofagasta pendant le pic de pollution avec celui du reste du Chili. Pour les enfants nés juste avant le début de la pollution, et donc exposés dans leur enfance, le ratio de mortalité standardisé (SMR), c’est-à-dire le nombre de décès constaté par rapport à celui attendu, s’est élevé à 7 pour le cancer du poumon, et à 12,4 pour la bronchectasie, une affection chronique des bronches. Quant aux bébés nés pendant la pollution, et donc exposés in utero, les SMR ont été respectivement de 6,1 et 46,2. Les effets pulmonaires de l’exposition à l’arsenic des enfants apparaissent donc indéniables.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus