Eau: le Pays de Galles veut faire payer son voisin anglais

Le 01 mars 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le Réservoir de Llyn Celyn, Pays de Galles
Le Réservoir de Llyn Celyn, Pays de Galles

Alors que l’Angleterre connait l’une des pires sécheresses de ces 30 dernières années, le Pays de Galles qui exporte de l’eau vers son puissant voisin voudrait recevoir une compensation sonnante et trébuchante pour ses ressources naturelles.

Officiellement déclarée le 20 février dernier dans le sud-est de l’Angleterre (voir JDLE), la sécheresse menace le pays entier. L’une des solutions envisagée par Caroline Spelman, ministre britannique de l’environnement, est donc d’acheminer l’eau galloise vers l’Angleterre, par canalisation.

Ce sujet est épineux entre les deux pays depuis la construction dans les années 1960 du réservoir de Llyn Celyn, qui a noyé un village et des terres agricoles, pour alimenter une partie du nord-ouest de l’Angleterre. La plus grande partie de l’eau qui alimente la ville de Liverpool, par exemple, provient du Pays de Galles.

«Nous voulons un bon prix pour cette ressource naturelle», déclare Dylan Jones-Evans, un universitaire gallois. Selon un article du journal The Guardian, publié le 29 février, le problème aurait été débattu à l’assemblée galloise la semaine dernière. «Notre point de vue, c’est que le Pays de Galles dispose d’une ressource très importante, son eau, qui doit être reconnue comme telle. Le gouvernement gallois doit donc faire de son mieux pour capitaliser cette ressource», a déclaré John Griffiths, le ministre gallois de l’environnement, avant d’ajouter: «Au cours des futures négociations ou projets de développement, nous aimerions, bien évidemment, recevoir l’entière compensation pour cette ressource naturelle».

Welsh Water, la compagnie galloise des eaux, estime que même si le territoire gallois est le plus arrosé des îles britanniques, avec actuellement 98% de ses réservoirs pleins, «le pays ne déborde pas de ressources en eau», notamment quand les étés sont secs. Si une plus grande quantité d’eau devait être acheminée vers Albion, le Pays de Galles aurait à investir massivement dans de nouveaux réservoirs.

Une meilleure gestion intégrée de la ressource en eau entre les deux pays devra donc être mise en place. Politiciens gallois et anglais appellent à une «nouvelle ère de coopération» entre les différentes nations des îles britanniques.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus