Eau: des moyens toujours insuffisants dans les pays pauvres

Le 09 mars 2006 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Selon un rapport présenté par le Conseil mondial de l’eau, à une semaine de son forum organisé à Mexico, il faudrait doubler les investissements annuels dans le domaine de l’eau pour que celle-ci puisse être accessible aux plus pauvres. Principalement en Chine et en Inde, en Afrique sub-saharienne, Europe de l’Est, Caucase et Asie centrale. Cela représente 10 milliards de dollars par an d’investissements en installations d’eau potable et d’assainissement, et 15 à 20 milliards par an pour entretenir les installations déjà construites mais dont la maintenance n’est pas assurée. «On arrive à un chiffre de 80 milliards de dollars par an si on veut se donner les moyens d'employer des technologies permettant d'assurer un assainissement durable et respectueux de l'environnement», précise un communiqué du Conseil mondial de l’eau. Actuellement, investissements et maintenance représentent 14 à 16 milliards de dollars annuels. Un montant qui ne permet pas de faire face à l’un des objectifs du millénaire qui est de diviser par deux, d’ici 2015, le pourcentage du nombre de personnes n’ayant pas accès à l’eau potable ou à l’assainissement dans le monde. Dans le communiqué, le Conseil mondial rappelle: «Aujourd'hui, plus d'un milliard d'humains ne sont pas ravitaillés en eau potable (plus de 15% de la population mondiale) et 2,6 milliards ne bénéficient pas de systèmes d'assainissement de base (collecte et traitement des eaux usées), ce qui représente 42% de la population mondiale. L'eau est la première cause de misère, de souffrance, d'inégalité et de pauvreté dans le monde. Chaque jour ce sont 25.000 personnes qui décèdent de maladies liées à l'eau, dont la moitié d'enfants.»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus