Eau de Paris, acte II

Le 10 février 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La production d'eau non potable devrait progresser
La production d'eau non potable devrait progresser

Le nouveau contrat d’objectifs 2015-2020 liant Eau de Paris à la ville a été approuvé, ce 10 février, dans le cadre du conseil municipal. Cinq ans après sa mise en place, la régie est conviée à ouvrir l’acte II de la remunicipalisation du service public de l’eau en préservant la ressource, en maintenant un prix stable et en expérimentant une tarification sociale.

 

La ville de Paris a toujours justifié son choix de «remunicipaliser» la production et la distribution d’eau potable, en 2010, pour trois raisons: maîtriser le service, prendre en compte les préoccupations environnementales et réduire les coûts. Alors qu’un rapport de la Chambre régionale des comptes d’Ile-de-France, publié le 21 octobre, affiche un bilan globalement positif de ce retour en régie, la ville se félicite aussi de ce changement. Le prix du mètre cube est stabilisé à 3,28 euros TTC par mètre cube en 2015 (assainissement compris), alors que la moyenne nationale s’élève à 4,15€/m3 en 2014 selon la Confédération générale du logement (CGL). Autre progrès: 10.000 hectares de surface sont touchés par des mesures agro-environnementales. Soit 23,2% de la superficie des trois bassins d’alimentation. Par ailleurs, la production d’eau non potable a augmenté de 18% en 2013 avec 76,7 Mm3, pour l’essentiel vendus aux services municipaux (espaces verts, propreté, assainissement). Ce qui permet de réduire d’autant la consommation d’eau potable.

Désormais, Eau de Paris a pour mission de maintenir le prix de l’eau «à un niveau sensiblement identique à celui défini par le précédent contrat» et à «étendre l’accès social à l’eau». Pour cela, la régie devra expérimenter une tarification sociale de l’eau, comme l’avait annoncé le JDLE en décembre dernier. Concrètement, les premiers mètres cubes devraient être gratuits pour les personnes les plus fragiles.

En matière de préservation de la ressource, Eau de Paris devra développer son réseau d’eau non potable, selon un schéma directeur piloté par la ville. Mais le déploiement des mesures agro-environnementales dans les aires de captage reste également une priorité.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus