EASAC: les gaz de schiste ne sont pas la panacée énergétique ni climatique

Le 14 novembre 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Trop de puits nuit à la qualité des relations entre riverains et foreurs.
Trop de puits nuit à la qualité des relations entre riverains et foreurs.
DR

Décidément, les gaz de schiste ne sont pas à la fête. Après les chercheurs britanniques, c’est au tour des académies des sciences européennes de s’interroger sur l’intérêt, pour l’Europe, de ces hydrocarbures non conventionnels.

Dans une note mise en ligne en début de semaine, le conseil des académies des sciences européennes (EASAC) s’interroge sur une éventuelle reproductibilité, dans le Vieux monde, du boom des gaz de schiste observé aux états-Unis.

Comme leurs confrères britanniques, les membres de l’EASAC ne font pas de plan sur la comète, et rappellent que le sujet est balbutiant. Les estimations des réserves ne reposent sur aucune campagne de forage, campagnes qui sont les juges de paix en la matière. En 2012, le centre de recherche européen (JRC) avait d’ailleurs fortement minoré les espoirs suscités par les estimations des réserves européennes formulées par le service de statistiques du département à l’énergie américain.

gare à la densité ...

L’étude rappelle aussi que l’exploitation des gaz de schiste nécessite de la place, car il faut régulièrement forer de nouveaux puits pour extraire tout le gaz naturel coincé dans les schistes. Or la densité de population en Europe (entre 100 et 600 habitants au kilomètre carré) est infiniment plus importante que celle rencontrée outre-Atlantique[1]. Conclusion: l’acceptation sociale des gaz de schiste sera moindre dans l’UE qu’aux USA. On le savait déjà!

Une acceptation d’autant plus difficile à obtenir que le forage d’un puits prend 4 à 5 semaines et qu’il est source de nombreuses nuisances. Les pompes d’injection de fluides sont bruyantes et à l’origine de vibrations qui peuvent être perçues loin du site de forage. Les opérations se déroulent sans interruption, occasionnant un incessant ballet de camions (qui apportent l’eau, les fluides, le gazole). Les riverains sont aussi ravis d’apprendre que, la nuit, le site du forage reste puissamment éclairé.

... et au trafic de sable

Sujet moins connu: la consommation de ressources naturelles qu’implique l’exploitation des gaz par fracturation hydraulique. On sait que ce système, seul à même d’extraire les molécules de gaz de leur gangue rocheuse, consomme énormément d’eau. Le rapport de l’EASAC rappelle qu’il est aussi glouton en sable. En 2011, rappellent les auteurs, 28,7 millions de tonnes de sable ont été utilisées dans les forages américains. Or, surexploité par le secteur du BTP, le sable devient une denrée rare dans certaines régions.

L’EASAC rappelle enfin que le gaz naturel est un puissant gaz à effet de serre, dont le pouvoir de réchauffement global (PRG) est, sur un siècle, 34 fois supérieur à celui du CO2, si l’on se réfère à la norme fixée par le 5e rapport du Giec[2]. Problème, les molécules de méthane ont une durée de vie très inférieure au siècle. «En d’autres termes, son PRG devrait être de 86 à 108», affirment les scientifiques européens. Un tel pouvoir de réchauffement réduit considérablement l’intérêt de remplacer le charbon par du gaz de schiste, comme cela se pratique fréquemment aux états-Unis. Si les taux de fuite de gaz sont inférieurs à 2%, comme l’estime l’agence fédérale américaine de protection de l’environnement (EPA), le jeu en vaut encore la chandelle. Problème: moult études de qualité de l’air environnant les forages suggèrent que les taux de fuite pourraient être bien supérieurs.

En conclusion, l’étude affirme que les gaz de schiste ne sont pas la panacée à nos problèmes énergétiques et climatiques.



[1] La densité de population au Canada est de 3 hab/km2, soit 10 fois moins qu’aux états-Unis.

[2] Giec: Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus