E. coli: un prudent «auf Wiedersehen»

Le 29 juillet 2011 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L’épidémie d’intoxication par E. coli, la plus mortelle jamais enregistrée, est terminée, a annoncé mardi l’Institut Robert Koch (RKI), qui n’exclut pas des cas isolés.
 
Selon l’organisme allemand, chargé de la surveillance sanitaire, le dernier cas a été recensé le 4 juillet, il y a trois semaines. Au vu de « la période d’incubation, du délai de diagnostic et de transmission des données », l’épidémie est considérée comme terminée, annonce le RKI dans un communiqué.
 
«La surveillance accrue se poursuit», indique l’institut, qui demande aux médecins d’être vigilants face à tout cas de diarrhée sanglante. « Il est possible que surviennent des cas individuels d’infection par la souche épidémique », poursuit-il, mettant en garde contre les transmissions secondaires (de personne à personne).
 
Pour le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), le dernier bilan s’établit à 3.900 personnes malades en Europe, dont 781 cas de syndrome hémolytique et urémique (SHU) et 46 décès. Hors Allemagne, la souche O104:H4 a rendu malades 125 personnes, avec un seul décès, en Suède.
 
Après plusieurs semaines d’incertitude quant à l’origine de l’épidémie, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) a mis en cause, début juillet, des graines de fenugrec importées d’Egypte fin 2009 (voir le JDLE).
 
«Beaucoup de ces graines ont peut-être déjà été consommées, mais une certaine quantité est encore présente dans la chaîne d’approvisionnement», prévenait l’Efsa.


Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus