Durban: le Fonds vert dans les limbes

Le 29 novembre 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Créé à Copenhague, conforté à Cancun, le Fonds vert va-t-il trépasser à Durban? La question se pose après que deux de ses principaux contributeurs putatifs, les états-Unis et le Canada, ont publiquement annoncé qu’ils s’opposaient à sa mise en œuvre tel que prévu.
 
Washington et Ottawa reprochent au Fonds, qui doit gérer les dizaines de milliards de dollars que les pays industrialisés devront verser pour aider les plus vulnérables à se protéger des conséquences du changement climatique, de ne pas être doté de règles de gouvernance très efficaces.
 
Selon les gouvernements Obama et Harper, les règles de levée de fonds restent floues et le Fonds n’aurait pas de moyen pour vérifier le bon usage de l’argent versé.
 
Pire que tout —mais c’est là une vieille antienne— les deux géants nord-américains reprochent aux pays bénéficiaires (l’Inde et la Chine, notamment) de ne pas accepter d’objectifs contraignants de réduction d’émission de gaz à effet de serre (GES).
 
Ces critiques pourraient annoncer le retrait du Canada du protocole de Kyoto. Ces derniers jours, le ministre fédéral de l’environnement, Peter Kent (un ancien animateur de télévision!), a affirmé à plusieurs reprises que «Kyoto, c’est le passé». Ces derniers mois, le Canada s’est par ailleurs déclaré opposé à une seconde période d’engagement du protocole.
 
Ce qui serait somme toute logique. Depuis l’arrivée des conservateurs au pouvoir, le Canada a jeté aux oubliettes tout effort de réduction de ses émissions. Le protocole de Kyoto impose au pays à la feuille d’érable de réduire de 6% ses émissions de GES entre 1990 et 2012. Or, entre 1990 et 2009, ces rejets ont progressé de 15%. Ces dernières années, les réserves d’hydrocarbures canadiennes ont été fortement revues à la hausse, passant de 16 à 32 milliards de barils, selon BP.
 
En toute logique, les ONG présentes au sommet climatique de Durban ont décerné, lundi 28 novembre, leur «fossil of the day» au Canada.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus