Du porc chinois avarié

Le 02 mai 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Trois ans après le lait à la mélamine, le porc chinois avarié fait son entrée sur le marché. Selon un article publié le 28 avril dans le journal américain Los Angeles Times, des porcs malades seraient utilisés pour fabriquer du bacon.

Mais le porc n’est pas le seul produit impropre à la consommation. Des pâtes à base de blé, d’encre et de paraffine, du riz contaminé par les métaux lourds, des saucisses faites à partir de viande avarié et de fertilisants et de la viande infectée par les bactéries, tous importés de Chine, arrivent sur le marché américain.

Ces scandales émergent moins deux ans après la promulgation par le gouvernement fédéral d’une nouvelle loi sur la sécurité alimentaire.

Il semblerait que certains inspecteurs chinois acceptent des pots de vin pour autoriser l’entrée des porcs malades dans la chaine alimentaire.

«L’inflation a certainement favorisé les possibilités pour les vendeurs de rue et pour les agriculteurs de vendre de la nourriture avariée ou d’ajouter des substances illégales pour réaliser plus de profit ou pour réduire les coûts de production», précise Hu Xingdou, un professeur d’économie à l’Institut de technologie de Beijing.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus