Du plastique dans l’estomac des coraux

Le 24 février 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une menace de plus pour la Grande barrière de corail
Une menace de plus pour la Grande barrière de corail

Les coraux australiens ingèrent des micro-plastiques à un rythme à peine inférieur à celui de leur consommation de plancton, révèle une étude australienne publiée en février dans Marine Biology.

 

Peu documentée dans les eaux australiennes, la concentration de micro-plastiques est en revanche connue dans le gyre subtropical du Pacifique Sud, situé entre l’Amérique du Sud et l’Australie. Dans cette zone, elle atteint environ 27.000 particules de moins de 5 millimètres par kilomètre carré[1]. Cette fois-ci, les chercheurs se sont intéressés à leur présence à proximité de la Grande barrière de corail et ont observé des quantités non négligeables de polystyrène et de polyéthylène.

L’équipe de chercheurs, conduite par Nora Hall de l’université James Cook du Queensland, a surtout démontré que les coraux ingéraient ces particules, comme c’est le cas des oiseaux pélagiques ou des poissons. Après avoir prélevé quelques spécimens de coraux, et les avoir plongés, en laboratoire, dans des eaux contaminées par des micro-plastiques, ils ont observé qu'au bout de deux nuits les particules, recouvertes de tissu digestif, se retrouvaient dans les polypes des coraux. Deuxième constat: le taux d’ingestion de micro-plastiques est seulement très légèrement inférieur à celui du plancton.

«Si cette pollution augmente sur la Grande barrière, les coraux pourraient être affectés au fur et à mesure que les cavités de leur petit estomac se bouchent avec des particules inassimilables», alerte Mia Hoogenboom de l’université James Cook du Queensland.

Les coraux tirent leur énergie de la photosynthèse, grâce aux algues vivant dans leurs tissus, mais ils se nourrissent aussi de planton, de sédiments et d’organismes microscopiques vivant dans l’eau de mer. Prochaine étape pour ces scientifiques: déterminer l’impact précis des particules de plastique sur la physiologie et la santé des coraux.



[1] Selon l’étude d’Eriksen parue en 2013 dans la revue Marine Pollution Bulletin

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus