Du plastique bio-dégradé

Le 05 juillet 2006 par Agnes Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La résine phénolique, plastique résultant de la réaction du phénol et du formaldéhyde, utilisé dans les appareils électriques et comme matériau de revêtement, serait biodégradable. C’est en tout cas la conclusion avancée par l’équipe d’Adam Gusse, biologiste de l’université de Wisconsin-La Crosse aux Etats-Unis. Constatant que cette résine présentait une structure proche de la lignine du bois, cette équipe a tenté de cultiver sur ce matériau des champignons connus pour dégrader le bois. L’essai aurait été concluant avec une sorte de champignons rouges et blancs, le Phanerochaete chryso-sporium. Selon Adam Gusse, cette expérience est d’importance car elle permet d’envisager une alternative à la décharge pour ces plastiques difficilement réutilisables.
Jeff Morrell, professeur à l’Université d’Oregon, tempère cependant cet enthousiasme. Selon lui, il s’agit d’un premier pas, «une douzaine d’étapes seront encore nécessaires avant d’aboutir à un process viable commercialement».


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus