Du mouvement dans la certification de la sécurité

Le 20 octobre 2005 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
chinois qui travaille dans usine
chinois qui travaille dans usine

L'UIC et Mase ont décidé de reconnaître mutuellement leur système de certification dans le domaine de l'hygiène et de la sécurité des sous-traitants avant de créer un référentiel unique.

L'Union des industries chimiques (UIC) et l'association Manuel d'amélioration sécurité entreprises (Mase), créée par des industriels toutes branches confondues, ont annoncé le 18 octobre avoir signé un accord de reconnaissance mutuelle de leur système de certification et de vérification de la sécurité des entreprises intervenant comme sous-traitants. «Suite à la catastrophe de Toulouse et à cause de l'obligation de réglementation sur les sites Seveso, nous discutions depuis des années avec l'UIC, qui a commencé sa certification en 2004,. Pour les industriels, il s'agissait de réduire la complexité. Désormais nous sommes sur le point de créer une habilitation unique», explique Cathy Walczak, administratrice au Mase Normandie.

En effet, les systèmes sont assez similaires: l'habilitation de l'UIC, qui ne se concentre plus uniquement sur les sites Seveso, correspond à 4 des 5 (1) chapitres de l'habilitation proposée par Mase. Le 5e porte plus spécifiquement sur l'amélioration continue, un point important puisque, si l'UIC reconnaît l'ensemble des entreprises certifiées par Mase, celle-ci reconnaît les habilitations UIC uniquement dans le cadre de sa certification annuelle et non tri-annuelle. «Notre certification à un an est plus légère sur la 5e partie. Quand on décide de certifier une entreprise pour un an, cela signifie qu'elle doit encore améliorer son management sur des points importants. En outre, une entreprise qui a été certifiée 3 ans n'est pas automatiquement reconduite sur la même durée, cela dépend des efforts d'amélioration qu'elle a réalisés, notamment sur le terrain», continue Cathy Walczak.

Sur 1.421 entreprises dans la démarche Mase, dont certaines sont également habilitées par l'UIC, 691 sont certifiées et 740 sont engagées pour la première fois dans cette certification Mase. Les principaux obstacles recensés par l'association pour obtenir la certification concernent surtout le management et la capacité de la direction à impliquer l'ensemble des acteurs sans les contraindre. «Ils négligent d'aller voir les résultats de leur politique sur le terrain et parfois il peut exister un décalage entre les documents et la réalité du terrain, ce qui révèle l'inefficacité du système», poursuit Cathy Walczak. Elle prend notamment l'exemple du personnel de nettoyage qui maîtrise mal le français: au lieu de documents écrits, il vaut mieux les informer avec des pictogrammes.

Depuis sa création en 1997, la certification Mase a permis une division par 2 des accidents professionnels; le taux de fréquence (relation entre le nombre d'accident et le million d'heures travaillées) est en effet passé de 20 à moins de 10 actuellement. Sur toute la France, il est de 26. Mais les perspectives sont plutôt encourageantes pour Mase, même si d'autres acteurs sont sur le marché: elle vient d'ouvrir une antenne dans l'Est avec un potentiel de 500 sous-traitants intéressés. Ce qui est un bon résultat pour une démarche volontaire. Les industriels ont simplement une obligation légale de vérification des dispositions de sécurité des sous-traitants. «Le fait que nous fassions nous-même ce travail est pour eux intéressant. Cela permet de réduire tous les aléas, financier, pénal ou social, dus aux accidents. Quant à la concurrence, elle n'est pas notre souci, l'essentiel est que les entreprises progressent dans la sécurité», conclut Cathy Walczak. L'UIC et Mase se sont donné un an pour créer un référentiel unique, ce qui devrait permettre d'augmenter le nombre d'entreprises sous cette même certification. Mais ce nombre n'est pas encore connu, Mase et UIC n'ayant pas encore consolidé leurs adhérents.



(1) Les 5 parties: engagement de la direction de l'entreprise, compétence et qualification de l'entreprise, préparation et organisation du travail, contrôle et amélioration continue.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus