Du gaz de schiste «made in Poland» extrait «à titre expérimental»

Le 28 août 2013 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Hillary Clinton signe un accord commercial avec le ministre des affaires étrangères polonais sur le gaz de schiste, en 2010.
Hillary Clinton signe un accord commercial avec le ministre des affaires étrangères polonais sur le gaz de schiste, en 2010.

Du gaz de schiste est officiellement extrait du sous-sol polonais depuis un mois.

Depuis plus d’un mois, la Pologne bénéficie de gaz naturel home made. En effet, la société Lane Energy, contrôlée par le géant américain Conoco Philips, a commencé le 21 juillet dernier à extraire du gaz de schiste près de Lebork, dans le nord de la Pologne. C’est le vice-ministre de l'environnement, Piotr Wozniak, qui en fait l’annonce ce 28 août. Environ 8.000 mètres cubes de gaz sont ainsi extraits par jour «à titre expérimental».

 

Le gaz de schiste propre

«C'est une bonne nouvelle pour la Pologne, et aussi pour l'Europe», a déclaré l’ancien ministre de l’économie (de 2005 à 2007), ajoutant que la fracturation hydraulique permettant de libérer le gaz était effectuée à 3.000 mètres de profondeur, «sans menace pour l'environnement».

 

Cette exploitation ouvre probablement le bal pour d’autres gisements, puisque le forage de Lebork est l'un des 48 effectués jusqu'ici par une quinzaine de groupes gaziers bénéficiant de licences de prospection et d'exploitation du gaz de schiste. La Pologne fait figure de tête de pont de l’industrie extractive américaine sur le continent européen. Alors secrétaire d’Etat, Hillary Clinton, par exemple, n’avait pas hésité à payer de sa personne pour vendre la technologie américaine et s'était rendue plusieurs fois à Varsovie.

 

Des réserves revues à la baisse

En octobre 2012, le ministre du trésor polonais annonçait que le pays allait investir jusqu’à 50 milliards de zlotys (12,5 milliards d'euros) dans l’exploitation des gaz non conventionnels d’ici 2020. C’était avant que le service des statistiques du département américain à l’énergie (EIA) –déjà auteur d’un premier rapport, contestable et contesté, sur les réserves mondiales estimées de gaz de schiste- évalue à la baisse en juin dernier le potentiel polonais: une chute de 22% par rapport aux estimations précédentes. En se basant sur les résultats de forages réalisés entre les années 1950 et 1980, l'institut national de géologie (PIG) avait déjà estimé que les ressources potentielles de gaz de schiste s’élevaient à 1.000 milliards de mètres cubes (soit 5 fois moins que précédemment annoncé)

 

L’annonce de ces premiers mètres cubes intervient alors que depuis presque trois mois, le pétrolier américain Chevron –titulaire d’un permis à l’extrême nord-est de la Pologne- et des habitants se font face. Le premier veut lancer des forages quand les seconds contestent la validité de l'autorisation et refusent l’accès aux terres. Varsovie n’est pas encore intervenue dans ce face-à-face qui s’éternise.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus