Du CO2 mal séquestré ?

Le 12 janvier 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

L’information fait la une de la presse canadienne. Couple d’agriculteurs, les époux Kerr possèdent quelques arpents de terre à proximité du champ pétrolifère de Weyburn, dans la province de la Saskatchewan. Ces gisements sont bien connus des promoteurs de la séquestration géologique du CO 2.

 

Depuis une dizaine d’années, Cenovus y injecte chaque année 1,6 million de tonnes de dioxyde de carbone produit par une usine de liquéfaction de charbon, située à quelques centaines de kilomètres au sud, aux Etats-Unis. Le gaz est transporté en « carboduc » avant d’être injecté dans les puits de pétrole.

 

Tout allait bien jusqu’à ce que Cameron et Jane Kerr constatent de curieux phénomènes dans une mare située sur leur terrain : efflorescences d'algues, de mousse et d'écume, échappement de bulles de gaz, cadavres de petits animaux, détonations inexpliquées.

 

Paniqués, les Kerr quittent leur propriété, l’été dernier, et mandatent un consultant de Petro-Find Geochem pour déterminer la cause de ces phénomènes.

 

Dans son rapport, Paul Lafleur indique avoir trouvé de fortes concentration de CO 2 à proximité de la mare mystérieuse. Déterminée en laboratoire, la composition isotopique de ce dioxyde de carbone démontre que « la (...) source de ces concentrations élevées de CO 2 dans le sol de la propriété des Kerr est clairement le CO 2 anthropique injecté dans le réservoir de Weyburn », écrit-il dans son rapport.

 

Chez Cenovus, c’est la consternation. La compagnie de Calgary avoue avoir du mal à croire aux conclusions de Paul Lafleur, qui contredisent plusieurs études, et notamment celle de l’université de Regina, en 2004. Le pétrolier a néanmoins loué les services de plusieurs experts indépendants pour vérifier les données du consultant de Petro-Find Geochem.

 

Le trouble gagne aussi le gouvernement régional. « Nous allons examiner cette histoire avec beaucoup d'attention, confirme Bill Boyd, le ministre de l’énergie et des ressources de la Saskatchewan. Mais pour l'instant, nous croyons que la situation est gérée adéquatement. »



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus