Du CO2 dans le Gruyère suisse

Le 03 novembre 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

 

La Confédération helvétique n’est pas un très gros émetteur de gaz carbonique. Chaque année, industriels, citoyens et automobilistes rejettent une cinquantaine de millions de tonnes de gaz à effet de serre, dont une petite quarantaine de millions de tonnes de gaz carbonique.

Pour autant, notre voisine n’exclut pas de recourir à la séquestration géologique du dioxyde de carbone. Première étape du processus : l’évaluation du potentiel de stockage du sous-sol. En s’appuyant sur la littérature scientifique, des chercheurs se sont attelés à la tâche. Et leurs résultats sont loin d’être anecdotiques.

Dirigée par Larryn Diamond, de l’institut de géologie de l’université de Berne, l’équipe rappelle que les couches de grès et de calcaires favorables à l’injection et à la séquestration du CO 2 se trouvent entre 800 et 2.500mètres de profondeur sous le Plateau. Cette région qui s’étend sur le tiers du pays est aussi la plus peuplée. Selon les chercheurs bernois, son sous-sol pourrait stocker jusqu’à 2,6 milliards de tonnes de CO 2, soit, au rythme actuel d’émission, l’équivalent de 65 années de rejets carbonés suisses. De quoi voir venir !

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus