Du charbon de bois au goût de déforestation

Le 22 août 2017 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Des grumes en bordure d'une usine de charbon de bois au Paraguay.
Des grumes en bordure d'une usine de charbon de bois au Paraguay.
@Earthsight

Une ONG britannique accuse plusieurs enseignes de la grande distribution de vendre du charbon de bois -et de la viande- obtenu au prix d’une déforestation de la forêt tropicale paraguayenne.

Quel rapport existe-t-il entre un barbecue et un Indien Ayoreo? En pleine saison des grillades, peut-être est-il temps de regarder son charbon de bois d’un autre œil… Car des sacs de combustible vendus dans des supermarchés d’Allemagne, d’Espagne, du Royaume-Uni, du Portugal, d’Italie, de Grèce et de Pologne sont issus de la déforestation et de la combustion de pans entiers de la forêt paraguayenne où résident ces Indiens isolés. «Sans le savoir, les consommateurs européens brûlent dans leur barbecue du bois issu de forêts anciennes d’Amérique du Sud», explique Toby Hill de l’organisation écologiste britannique Earthsight, qui a mené l’enquête pendant un an dans la région du Gran Chaco.

Paraguay, champion de la déforestation

Avec sa population de 6,7 millions d’habitants, le Paraguay se classe au 6e rang des exportateurs de soja et au 7e rang pour la viande de bœuf, au prix d’une déforestation galopante. C’est dans ce contexte que l’entreprise Bricapar couperait l’équivalent de 30 terrains de football chaque jour, selon Earthsight, pour remplir des sacs de charbon de bois commercialisés sous les marques Carrefour, Lidl ou Adli. «Qui parmi les amateurs de barbecue en Europe pourraient s’imaginer qu’ils utilisent du charbon de bois tropical en provenance d’Amérique du Sud?», interroge l’ONG allemande Sauvons la forêt, qui a lancé une pétition.

Des enseignes peu regardantes

Interpellées par Earthsight, certaines enseignes ont fait valoir que l’exportateur qui les approvisionnait respectait les standards de certification PEFC et FSC. Sur place, l’enquêteur de l’ONG assure avoir observé un ballet de camions remplis de troncs en provenance de la forêt voisine, en contradiction flagrante avec les déclarations fluctuantes de Bricapar. Au-delà du cas d’école du charbon de bois en provenance du Gran Chaco, c’est l’industrie de la viande à grande échelle que veut dénoncer l’ONG, qui rappelle que pour la seule année 2016, l’Union européenne a importé pour 32 millions d’euros de viande de bœuf et 56 millions d’euros de cuir. «Les supermarchés doivent enquêter plus avant sur l’origine de ces produits et adopter une attitude plus sceptique quant aux garanties de soutenabilité de leurs fournisseurs», conseille Earthsight, qui en appelle également aux législateurs européens. Entre autres recommandations, elle conseille d’inclure le charbon de bois dans la problématique de la déforestation à l’échelle communautaire.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus