Du brome dans la plupart des équipements électriques et électroniques

Le 20 mars 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le gros électroménager, champion des éléments bromés
Le gros électroménager, champion des éléments bromés

Un rapport publié le 17 mars par l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris) montre l’importance des plastiques dangereux dans les déchets électriques et électroniques (DEEE).

 

C’est «la probable restriction de l’utilisation du décabromodiphényléther (décaBDE)» qui a généré la publication, par l’Ineris, de cet état des lieux. L’intégration de cette substance à la convention de Stockholm sera en effet soumise au vote de la conférence des parties, qui se tiendra à Genève entre le 24 avril  et le 5 mai 2017. L’étude révèle qu’une grande partie des équipements électriques et électroniques (EEE) contiennent du brome. 46% d’entre eux en renferment dans au moins une partie. Pire, 39% voient tous leurs éléments bromés. Le gros électroménager, les jouets et les outils sont particulièrement touchés (+ de 70% sont bromés). Le petit électroménager et les appareils d’éclairage sont concernés dans une moindre mesure (plus de 50%).

Quant à la teneur en brome, elle dépasse en moyenne 3.000 mg/kg pour le gros électroménager, les outils et les éclairages et est supérieure à 1.000 mg/kg dans le petit électroménager et les jouets.

 

Un impact sur la collecte et le traitement des DEEE

La présence de brome a des incidences sur la collecte des DEEE. Selon la nouvelle directive sur les DEEE, tout plastique contenant des retardateurs de flamme bromés (RFB) doit en effet être enlevé des DEEE collectés séparément.

Si un plastique contient des polluants organiques persistants (POP) dans des proportions supérieures aux limites réglementaires, les DEEE concernés doivent être obligatoirement détruits par traitement physico-chimique, incinération, ou utilisation comme combustible[1].

«La présence de ces substances dans les plastiques des DEEE contribuent à en limiter le recyclage», observe l’Ineris, citant une étude publiée en 2014[2]. Deuxième conclusion : le tri par substance est nécessaire pour éviter la dispersion incontrôlée de matières dangereuses.

 

 



[1] Exception faite des DEEE contenant des PCB

[2] Decottignies V, Bourgeois M, Mathieu C, Zariatti S. 2014. Characterisation of plastic shredder fractions from waste of electric and electronic equipements. Proceedings Crete 2014. 4th International Conference on Industrial and Hazardous Waste Gestion. Sept 2nd-5th, 2014. Chania, Crete, Greece

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus