Donald Trump veut se payer la lune

Le 08 avril 2020 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Préparez les pelles et les pioches.
Préparez les pelles et les pioches.
NASA

Le locataire de la Maison blanche publie un ordre exécutif appelant à l’exploitation des ressources minières et de l’eau extraterrestres.

 

Le président des Etats-Unis n’a pas une minute à lui. Mais n’allez pas croire que tout son temps est accaparé par la gestion de l’épidémie de Covid-19. Loin s’en faut. Le 6 avril, Donald Trump a publié un ordre exécutif (décret présidentiel) demandant le lancement d’un programme d’exploration et d’exploitation minière «de la lune, de mars et d’autres corps célestes.»

ordre exécutif

«Les Américains devraient avoir le droit de s'engager dans l'exploration commerciale, la récupération et l'utilisation des ressources dans l'espace extra-atmosphérique, conformément à la loi applicable. L'espace extra-atmosphérique est un domaine d'activité humaine juridiquement et physiquement unique, et les États-Unis ne le considèrent pas comme un bien commun mondial. En conséquence, les États-Unis auront pour politique d'encourager le soutien international à la récupération et à l'utilisation publiques et privées des ressources dans l'espace, conformément à la législation applicable», écrit le président des Etats-Unis.

traité de la lune

Cette dernière disposition est contraire aux dispositions de l’accord international régissant les activités des Etats sur la lune et les autres corps célestes. Entré en vigueur en 1984, le «traité de la lune» interdit notamment tout accaparement par un pays, une institution ou une entreprise des ressources lunaires. Le texte imposent aussi aux Etats de «de perturber l’équilibre existant du milieu en lui faisant subir des transformations nocives, en le contaminant dangereusement.»

Problème, aucune puissance spatiale n’est partie du traité de la lune.

Pas plus les Etats-Unis, la Russie que la France.