Dominique Dron revient à l’environnement

Le 28 avril 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Après une année passée à la tête de l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer), l’ancienne cheville ouvrière du Grenelle Environnement revient à ses premières amours. Dans leurs heures qui ont suivi la démission surprise de Michèle Pappalardo, Dominique Dron s’est donc vu confier la tâche ingrate - c’est une habituée du genre- de tenir la délégation interministérielle au développement durable (DIDD). Elle cumulera cette fonction avec celle de commissaire générale au développement durable et prendra officiellement ses fonctions le 2 mai.

Âgée de 51 ans, cette ingénieure en chef des Mines est l’une des meilleurs connaisseurs du monde de l’environnement. Après avoir dirigé le service de l’environnement industriel de la Drire PACA (l’occasion d’affronter la catastrophe de la raffinerie de la Mède), Dominique Dron a dirigé le programme « prioritaire déchets » de l’Ademe, avant de prendre la direction du développement de l’agence.

Entrée au ministère de l’environnement, elle dirige sa cellule de prospective, avant de participer à la création de sa direction des études économiques et de l’évaluation environnementale.

Mutée à l’INRA, en 2000, elle y restera moins de deux ans, puis est nommée à la présidence de feue la Mission interministérielle de l’effet de serre (Mies). Deux ans durant, elle élabora la politique climatique de la France, sans que celle-ci soit forcément mise en œuvre par les gouvernements successifs.
 
Exténuée, elle quitte la Mies pour se consacrer à l’enseignement des nouvelles stratégies énergétiques à l’Ecole des Mines de Paris. En juillet 2007, elle est appelée par le tout nouveau super ministre de l’écologie : Jean-Louis Borloo. D’abord, conseillère spéciale du ministre d’Etat, elle devient rapidement l’un des rouages essentiels de la grosse machine du Grenelle.
 
En octobre dernier, elle a été nommée directrice générale déléguée de l’Ifremer. Une fonction plaisante pour cette titulaire d’une maîtrise d’océanographie. Selon toute vraisemblance, c’est Patrick Vincent, l’actuel directeur des programmes de l’Ifremer, qui devrait succéder à Dominique Dron.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus