Dominique Bussereau hausse le ton sur la pêche

Le 28 juin 2006 par Laure Pollez
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Estimant avoir «fait le nécessaire pour répondre aux exigences communautaires», le ministre en charge de la pêche a souhaité, mardi 27 juin, la levée de «l’astreinte disproportionnée» imposée à la France dans le contentieux «poissons sous taille». Devant le Comité national des pêches maritimes et des élevages marins, en assemblée générale, le ministre a estimé que «cette affaire a fait le jeu des environnementalistes extrémistes. Après les filets maillants dérivants, ils s'en prennent maintenant clairement aux chaluts qui font la spécificité de nos pêches». Dominique Bussereau a aussi présenté son «plan d’avenir pour la pêche»: 80 millions d'euros pour «pêcher plus et mieux pour sortir de ce paradoxe qui veut que 85% des produits sont importés alors que la France dispose en métropole et outre-mer d'un littoral maritime important». La pêche, en France, c’est 8.000 navires, 24.000 marins-pêcheurs et 40.000 entreprises d'aquaculture, un secteur en «situation difficile», selon le ministre, à cause de la forte hausse du prix du gazole, qui a doublé en deux ans, et de la diminution du droit de pêcher de nombreuses espèces.