Distilbène et cancer du sein: des Américaines portent plainte

Le 10 janvier 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Les effets secondaires du Distilbène, médicament prescrit pendant 30 ans contre les fausses couches, sont bien connus chez ceux que l’on nomme les «enfants Distilbène». Tumeurs vaginales chez les filles et malformations génitales (l'hypospadias) chez les garçons. Des études récentes montrent qu’il serait nocif même pour les petits-enfants des femmes traitées (voir JDLE).

Aux Etats-Unis, cet œstrogène synthétique, prescrit à partir de 1938 à des millions de femmes enceintes, a été interdit en 1971. Une étude réalisée dès 1970 par l’administration en charge des médicaments et de l’alimentation (FDA) avait prouvé que le DES (diéthylstilbestrol) augmentait pour les «filles Distilbène» le risque de développer un cancer rare du vagin.

Depuis les années 1970, des milliers de plaintes ont été enregistrées par la justice américaine faisant le lien entre la prise de DES par les mères et des cas de cancers du vagin ou des problèmes de fertilité chez ces filles. Mais bon nombre de ces plaintes ont donné lieu à un arrangement avant procès.

Aujourd’hui, 53 Américaines ont décidé de poursuivre en justice les compagnies pharmaceutiques ayant fabriqué ce médicament et en ayant fait la promotion.

L’une d’elles, Arline Mc Cormack, âgée de 44 ans, essaye de prouver que son cancer du sein est lié au fait que sa mère ait été traitée au DES pour parer une éventuelle fausse-couche.

Cette patiente de Boston est la première aux Etats-Unis qui souhaite démontrer le lien direct entre la prise de DES par sa mère et son cancer. Ses avocats estiment que la plainte de leur cliente est étayée par une étude récente de l’institut national du cancer montrant que les risques de cancer du sein sont multipliés par deux chez les filles Distilbène de plus de 40 ans.

Brystol-Myers Squibb, l’un des 14 fabricants de DES aux Etats-Unis, estime qu’il n’existe pas un seul document, une seule étude publiée prouvant qu’il existe un lien entre une exposition prénatale au Distilbène et le cancer du sein.

L’affaire sera jugée le 19 janvier prochain dans l’une des cours fédérales de district des Etats-Unis. Mais la relation entre exposition au Distilbène et cancer du sein pourrait s’avérer difficile à prouver par les experts.

Entre deux et huit millions de femmes dans le monde ont été traitées par Distilbène (DES) entre 1948 et 1976. En France, il a été administré à environ 200.000 patientes.

 

Sur le même sujet:

http://www.journaldelenvironnement.net/article/distilbene-la-troisieme-generation-obtient-reparation,23602
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus