Dieselgate: Royal défend son bilan devant les eurodéputés

Le 25 novembre 2016 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Ségolène Royal a été auditionnée par les eurodéputés à Strasbourg.
Ségolène Royal a été auditionnée par les eurodéputés à Strasbourg.

Elle s’attendait à des fleurs, elle a aussi eu droit aux épines… Ségolène Royal était auditionné le 24 novembre par la commission d’enquête de Parlement européen sur le scandale du diesel.

Dans une ambiance à fleurets mouchetés, certains eurodéputés ont accusé Ségolène Royal d’avoir protégé les marques françaises, en soutenant une proposition d’assouplissement des normes d’émission d’oxyde d’azote des véhicules proposée par la Commission, fin octobre 2015. «Un compromis inacceptable», selon la ministre, qui assure que les hauts fonctionnaires français qui ont soutenu cette proposition à Bruxelles «sont intervenus sans instructions de la ministre qui est devant vous, a répondu Mme Royal. Et c’est pour ça que j’ai remis de l’ordre dans cette façon de procéder. Et que j’ai demandé que ça remonte au niveau ministériel.»

7 véhicules à la loupe

La ministre de l’environnement a vanté le travail de la commission technique indépendante montée à sa demande pour vérifier la présence de logiciels truqueurs, pour l’instant sans succès. «J’ai fait contrôler toutes les marques, y compris toutes les marques françaises dans les mêmes conditions que les marques étrangères. Personne et aucun autre pays européen n’a fait ça», a t-elle expliqué aux eurodéputés. «Les systèmes de dépollution utilisés par plusieurs constructeurs ne fonctionnent pas de façon optimale en permanence», a t-elle rappelé. Une première instruction a été ouverte en mars 2016 à l’encontre de Volkswagen par le parquet de Paris pour «tromperie aggravée» et le fruit des investigations de la répression des fraudes sur Renault a été transmis à la justice récemment. «D’ici fin décembre, nous disposerons de nouveaux résultats approfondis sur 7 véhicules: 3 Volkswagen, 2 véhicules Renault, 1 véhicule Fiat et 1 véhicule PSA. ET 3 autres analyses seront lancées début 2017», a précisé la ministre.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus