Dieselgate: le fonds pétrolier norvégien poursuit Volkswagen

Le 17 mai 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le groupe allemand a déjà provisionné 16 Md€.
Le groupe allemand a déjà provisionné 16 Md€.

Le constructeur automobile est traîné devant les tribunaux pour avoir fait perdre beaucoup d’argent à l’un de ses principaux actionnaires.

Terminé le temps où le fonds de pension global norvégien (ex-fonds pétrolier) investissait sans rien dire dans les entreprises du monde entier pour faire fructifier les dividendes du pétrole de la mer du Nord. Désormais, le plus important fonds souverain de la planète n’hésite plus à l’ouvrir.

Dernier exemple en date: Volkswagen. Gestionnaire en titre du fonds, la Norges Bank Investment Management (NBIM) a décidé de poursuivre le constructeur de Wolfsburg devant la justice allemande.

Morale et argent

Deux raisons à cela: les financiers norvégiens ne croient pas une seule seconde à la thèse selon laquelle d’audacieux salariés auraient installé, sans rien dire à personne, sur des véhicules diesel siglés VW, Audi ou Porsche, des centaines de milliers d’exemplaires du logiciel destiné à tromper les systèmes de mesure des émissions.

Voilà pour la morale. Elle ne sera pas la seule présente au prétoire. Possédant 1,64% du capital du constructeur automobile, le fonds norvégien n’a pas apprécié de voir le cours des actions VW divisé par deux depuis la découverte du ‘Dieselgate’. Selon le Financial Times, les pertes norvégiennes pourraient se chiffrer en centaines de millions de dollars depuis la fin de l’année passée. On comprend mieux son courroux.

Un investisseur dirigiste

S’il est rare qu’il este en justice, le fonds global s’avère de plus en plus interventionniste dans la gestion des entreprises dans lesquelles il investit. Depuis 2012, il a sorti de son portefeuille les producteurs d’huile de palme, destructeurs de forêts tropicales. Un an plus tard, c’était au tour des mines de charbon d’être black-listées, en raison de la part accordée au charbon dans le réchauffement climatique. En début d’année, le NBIM a désinvesti de 73 entreprises n’ayant pas intégré le risque climatique dans leur stratégie.

Volkswagen, qui a passé une provision de plus de 16 milliards d’euros pour faire face aux retombées judiciaires du ‘Dieselgate’, doit assumer de nombreuses actions judiciaires. Aux Etats-Unis, le ministère fédéral de la justice a déposé plainte contre le constructeur et ses filiales Audi et Porsche pour violation du Clean Air Act. Les trois industriels encourent jusqu’à 46 Md$ (40,5 Md€) d’amende. La Federal Trade Commission, le régulateur du commerce américain, a engagé des poursuites contre le constructeur, cette fois pour publicité mensongère. Il risque 13 Md$ (11,5 Md€) de dommages et intérêts.

Le parquet de Paris a récemment ouvert une enquête préliminaire pour tromperie aggravée, en parallèle à l’enquête administrative menée par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).

D’autres enquêtes ont été ouvertes en Belgique, Espagne et Pays-Bas.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus