- 

Dieselgate: clôture du volet américain pour Volkswagen

Le 12 mai 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
De nombreuses actions judiciaires attendent encore VW de ce côte-ci de l'Atlantique.
De nombreuses actions judiciaires attendent encore VW de ce côte-ci de l'Atlantique.

La fraude aux contrôles anti-pollution a déjà coûté 25 milliards de dollars au constructeur automobile.

 

Le cauchemar s’achève pour Volkswagen. Aux Etats-Unis, du moins. Jeudi 11 mai, le juge fédéral Charles Breyer, de San Francisco, a accepté le dernier volet du plan d’indemnisation des clients américains du constructeur allemand.

1,22 milliard de dollars d’indemnisation

Volkswagen devra verser 1,22 Md$ (1,12 M€) pour dédommager les 80.000 propriétaires des véhicules, siglés VW, Porsche ou Audi, de 3 litres de cylindrée. Cette catégorie de consommateurs était la dernière à n’avoir pas été indemnisée par l’industriel. Précédemment, le même magistrat avait accepté, l’automne 2016, un programme similaire visant à racheter les 475.000 véhicules de 2 litres de cylindrée, pour un montant total de 14,7 Md$ (13,5 Md€).

Logiciel truqueur

En septembre 2015, le constructeur de Wolfsburg avait été convaincu d’avoir installé des logiciels minimisant le niveau réel des émissions de gaz nocifs lors des contrôles de pollution. Le pot aux roses avait été révélé à la suite d’une étude menée par l’International Council on clean transportation: certains véhicules émettaient en réalité 40 fois plus de polluants que la limite fixée par le Clean Air Act. Par la suite, VW avait reconnu avoir équipé 11 millions de véhicules, dont 600.000 aux Etats-Unis.

Accords pour éviter un procès

Pour éviter un procès-fleuve, le groupe a conclu de coûteux accords d'indemnisation avec le ministère de la justice et les agences environnementales, californienne (Carb) et fédérale (EPA), et verser des centaines de millions de dollars de dédommagements aux Etats américains. Après avoir déboursé 25 Md$ (22,9 Md€), l’entreprise allemande n'encourt plus de poursuites aux Etats-Unis.

En Europe, de nombreuses actions judiciaires sont toujours en cours. En France, une information judiciaire a été ouverte à son encontre. Les enquêteurs soupçonnent aussi Peugeot, Renault et Fiat d’avoir installé des logiciels semblables à celui de Volkswagen. Outre-Rhin, la firme est sous le coup d’une quarantaine d’enquêtes et de plus de 3.500 plaintes de consommateurs.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus