Diesel: la fraude de Volkswagen contre les normes anti-pollution

Le 21 septembre 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Cinq modèles diesel, dont la Golf, ont été équipés d'un dispositif déjouant les contrôles de pollution
Cinq modèles diesel, dont la Golf, ont été équipés d'un dispositif déjouant les contrôles de pollution

Accusé par l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) d’avoir triché sur les émissions de certains polluants, le groupe automobile Volkswagen a présenté ses excuses, le 20 septembre.

 

Coup de tonnerre au plus haut niveau du groupe. «Je suis personnellement et profondément désolé que nous ayons déçu la confiance de nos clients et du public», a déclaré Martin Winterkorn, le président du directoire. Deux jours plus tôt, le 18 septembre, le géant de l’automobile s’était vu notifier, par l’EPA, sa violation du Clean Air Act sur le territoire américain. Le même jour, la Californie avait également ouvert une enquête dans le cadre du California Air Resources Board, l’équivalent local de l’EPA.

 

482.000 véhicules entre 2009 et 2015

Au cœur du litige, se trouvent cinq modèles diesel quatre cylindres –Jetta, Beetle, Audi A3, Golf et Passat- sortis entre 2009 et 2015[1]. Ce qui représente 482.000 véhicules au total. Tous ont été équipés d’un logiciel permettant de détecter la réalisation en cours d’un test officiel d’émission et de masquer aussitôt les émissions réelles des moteurs. Résultat: les véhicules pouvaient émettre jusqu’à 40 fois plus que le plafond d’oxyde d’azote autorisé. Preuve que le système américain, pourtant regardé avec attention en Europe, où les tests en laboratoire sont jugés peu fiables, n’est pas non plus à l’abri d’erreurs.

«L’utilisation d’un dispositif permettant de contourner les normes anti-pollution est illégal et représente une menace pour la santé publique», a commenté Cynthia Giles, administrative déléguée de l’EPA.

 

Jusqu’à 18 Md$ d’amende

En vertu du Clean Air Act, le groupe Volkswagen encourt une amende de 37.500 dollars par véhicule soit environ 18 Md$ (16 Md€).

La firme allemande a déclaré qu’elle ouvrait une enquête externe et qu’elle cessait de vendre tout véhicule diesel sur le sol américain. Réaction immédiate à la bourse de Francfort, le 21 septembre, l’action Volkswagen a dégringolé de 20%.



[1] Sauf pour la Passat pour laquelle il s’agit seulement des modèles 2014 et 2015

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus