Diesel: bisbilles franco-françaises

Le 08 février 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
C'est qui le moins polluant?
C'est qui le moins polluant?

 

Bercy veut rendre les voitures diesel éligibles à la vignette Crit’Air 1. Au grand dam des ministères de la transition écologique et des transports.

 

Les membres du gouvernement français ne sont pas d’accord entre eux. Du moins quand il s’agit de lutter contre la pollution atmosphérique. Selon un article du quotidien Le Monde, le ministère de l’économie et des finances entend rendre éligible à la vignette Crit’Air 1 la dernière génération de voitures carburant au gazole.

Ce qui permettrait à leurs utilisateurs de circuler pendant les jours de pic de pollution. Ce qui donnerait aussi un sérieux coup de pouce aux constructeurs (français, notamment) de véhicules diesel, qui ne cessent de voir reculer leurs ventes.

Moins polluant que l'essence le diesel?

Problème: tout le monde ne partage pas l’avis des services de Bruno Le Maire. Notamment du côté de l’Hôtel de Roquelaure. Sur les ondes de RTL, la secrétaire d’Etat auprès du ministre de la transition écologique a indiqué que le «ministère de l’écologie» (sic) s’opposait à cette mesure. «Ça n’aura pas lieu», a poursuivi Emmanuelle Wargon. Même tonalité de la part de la ministre des transports: «La vignette Crit'Air est réservée aux véhicules les moins polluants. Le diesel émet des particules, ça émet également des dioxydes d'azote qui sont très mauvais pour la santé», a indiqué Elisabeth Borne au micro de Sud Radio.

neutralité technologique

Pour le moment, la vignette Crit'Air 1 est apposée sur les pare-brise des voitures à essence les plus récentes, ainsi que sur ceux des véhicules à gaz et hybrides. Les voitures diesel n’y ont pas droit. De son côté, Bruno Le Maire estime que seule la performance environnementale compte, quel que soit le type de motorisation. Un argument qui est aussi celui des constructeurs automobiles.

Des industriels dont la crédibilité a été quelque peu entachée par le Dieselgate. Bercy va devoir ferrailler sec pour convaincre les autres ministères de la pertinence de son approche.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus