Diesel: 30 millions de véhicules sales sur les routes européennes

Le 19 septembre 2016 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les routes françaises accueillent le plus grand nombre de véhicules diesel en infraction
Les routes françaises accueillent le plus grand nombre de véhicules diesel en infraction

Un an après la révélation de la fraude de Volkswagen par l’Agence américaine de l’environnement (EPA), une étude publiée par l’association Transport & Environment révèle que 29 millions de véhicules diesel dépasseraient les limites d’émission des oxydes d’azote (NOX) en Europe. Toutes marques confondues.

 

L’étude de Transport & Environment confirme que la fraude de Volkswagen n’était que la partie émergée de l’iceberg, alors qu’elle concernait déjà 11 M de véhicules dans le monde. Prenons le cas des voitures diesel soumises à la norme Euro 5 (180 milligrammes de NOX au kilomètre). Plus de 3 sur 4 ne respectent pas la limite d’émission de NOX fixée dans l’UE, selon l’ONG. A ces 21,4 millions de véhicules, il faut ajouter 2,2 millions d’utilitaires légers en dehors des clous. Et ce n’est pas fini. Pour la norme Euro 6 (80 mg/km de NOX), les fraudes s’élèvent respectivement à 4,7 M de voitures et à 700.000 utilitaires. Soit un total de 29 M de véhicules en infraction avec la réglementation européenne!

 

Les routes françaises les plus polluées
 

Avec autant de véhicules, tous les constructeurs sont concernés. Transport & Environment a d’ailleurs analysé les émissions de 230 véhicules diesel dans des conditions réelles de circulation.
Mais c’est la France qui accueille le plus grand nombre de voitures polluantes sur ses routes, avec 5,5 M de véhicules dépassant les normes Euro 5 et 6. L’Hexagone est suivie de l’Allemagne (5,3 M), du Royaume-Uni (4,3 M), de l’Italie (3,1 M) et de l’Espagne (1,9 M).

 

Euro5: Renault, champion des dépassements

 

Enfin, le top 5 des groupes automobiles accusant le plus grand nombre de dépassements aux normes Euro 5 est Renault (en incluant les performances des Dacia), Land Rover, Huyndai, Opel/Vauxhall (en incluant Chevrolet) et Nissan. Au contraire, les plus conformes à la réglementation sont, par ordre décroissant, Seat, Honda, BMW (en incluant Mini), Ford et Peugeot. Ces marques émettent donc moins de NOX que les autres.

La France revoit ses malus auto
Le gouvernement devrait abaisser le seuil de déclenchement du malus auto dans le projet de loi de finances 2017, selon Les Echos. Aujourd’hui, fixé à 131 g de CO2 par kilomètre parcouru (pour 150 euros de pénalités), il devrait être baissé à 127 g/km de CO2 dès janvier 2017 mais pour 50 € de pénalités seulement. Le malus affectant les véhicules les plus polluants (8.000 € pour 201 g/km de CO2) devrait par ailleurs être abaissé à 10.000 € dès 191 g/km de CO2. Enfin, le super bonus de 10.000 € pour l’achat d’un véhicule électrique en remplacement d’un diesel devrait être maintenu.

 

Euro6: Fiat, épinglé devant Renault

 

Au regard des normes Euro 6, le classement change avec Fiat (Alfa Roméo et Suzuki compris, 15 fois la limite), Renault (Nissan, Dacia et Infiniti inclus, 14 fois la limite), Opel/Vauxhall (10 fois la limite), Hyundai et Mercedes parmi les plus polluants; et Volkswagen, Seat Skoda, Audi, BMW et Mazda parmi les moins polluants. Si Volkswagen n’est plus dans le rouge, ce n’est pas parce qu’elle a pris des mesures fortes mais parce que ses véhicules incriminés sont issus de l’ancienne génération Euro 5. 

 

L’Allemagne la plus laxiste avec son industrie automobile

 

Bien sûr, les véhicules hors des clous ont été approuvés par des autorités de contrôle nationales, qui s’avèrent particulièrement laxistes. Transport & Environment a évalué le nombre de «passeports» frauduleux. Résultat: l’Allemagne est la moins regardante, devant le Royaume-Uni, la France, les Pays-Bas et le Luxembourg.

Au final, c’est la santé des Européens qui paie les pots cassés. Les dépassements d’émissions automobiles représentent en effet la cause principale des fortes concentrations d’oxydes d’azote observées dans les villes européennes, responsables de 72.000 morts prématurées chaque année dans l’UE, selon l’Agence européenne de l’environnement (EEA).

 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus