Diesel: 1 voiture sur 10 respecte la norme Euro 6

Le 15 septembre 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Pas de limites pour les voitures diesel
Pas de limites pour les voitures diesel

Les fabricants de voitures diesel ne respectent pas les plafonds d’émission fixés par l’Union européenne, révèle une étude publiée le 14 septembre par la fédération européenne Transport & Environment.

 

 

25 fois plus de PM10

Sur le papier, toutes les nouvelles voitures diesel doivent respecter la norme anti-pollution Euro 6 depuis le 1er septembre. Dans les faits, 1 sur 10 se trouve effectivement dans les clous. Les autres dépassent largement les limites européennes, en émettant en moyenne 12 fois plus de particules PM 2,5, 25 fois plus de PM 10, 15 fois plus d’ozone, 10 fois de dioxyde d’azote, 25 fois plus de benzopyrène…

Réalisée auprès de 23 véhicules neufs issus de 6 fabricants, l’étude montre que le record des émissions les plus fortes est détenu par Audi, dont le résultat est 22 fois supérieur au plafond de l’UE.

Selon l’Agence européenne de l’environnement, la pollution aux PM2,5 est à elle seule responsable de 430.000 morts prématurées par an dans l’Union européenne.

 

Des tests grandeur nature au mieux en 2018

Aujourd’hui, les tests pratiqués par les producteurs sont si peu fiables que la Commission avait lancé une réforme du dispositif. Mais le nouveau système, qui sera basé sur des analyses en grandeur nature et non plus en laboratoire, ne sera pas opérationnel, au mieux, avant 2018, rappelle Transport & Environment.

«Chaque nouvelle voiture diesel devrait limiter ses émissions. Mais en réalité, ce n’est le cas qu’1 fois sur 10. Ces dépassements représentent la principale cause de la crise de la qualité de l’air dans les villes», affirme Greg Archer, responsable des véhicules propres à la fédération.

 

La COP21 doit limiter les émissions des navires et des avions
Les présidents de 7 des 8 groupes politiques du comité Environnement du Parlement européen ont écrit, le 14 septembre, à Carole Dieschbourg, présidente du conseil des ministres de l’environnement. Objectif: presser les Etats membres de l’UE à inclure le transport maritime et le transport aérien dans l’accord climatique qui doit être signé en décembre à Paris. «Il n’existe aucune raison valable justifiant la poursuite de l’exemption de ces deux secteurs», écrivent les représentants parlementaires. Aujourd’hui, ces deux modes de transport génèrent 8% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Les ministres européens de l’environnement se rencontrent justement le 18 septembre pour finaliser la position de l’UE à la COP21.

 

 

«Aux Etats-Unis, les fabricants vendent des voitures diesel plus propres. En Europe, les tests devraient obliger les producteurs à faire de même», conclut-il.

Les voitures à essence n’affichent guère de meilleurs résultats. Seulement 1 véhicule sur 5 respecte la norme en vigueur (0,06 de NOx par kilomètre).

Pour le Réseau Action Climat (RAC-F), «il incombe aux décideurs européens, dont la France, de résister aux pressions des lobbys automobiles pour s’assurer du respect des normes avec la mise en place du nouveau test en conditions réelles avant 2018», déclare Lorelei Limousin, responsable des politiques de transport. Autres pistes selon le collectif: supprimer les avantages fiscaux du gazole et limiter la circulation routière dans les villes.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus