Diabète: 14% des cas liés à la pollution de l’air

Le 02 juillet 2018 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La Chine, pays émergent... du diabète
La Chine, pays émergent... du diabète

Un cas de diabète sur 7, soit plus de 3 millions par an à travers le monde, serait lié à la pollution par les particules fines de type PM2,5, révèle une étude américaine publiée vendredi 29 juin dans la revue Lancet Planetary Health.

Responsable de 7 millions de décès par an, la pollution de l’air entraîne des maladies cardiovasculaires, des maladies pulmonaires et des cancers, mais aussi du diabète. Les mécanismes sont encore peu connus, mais pourraient impliquer une inflammation, une altération de la régulation par l’insuline ou un stress oxydatif.

Or cette maladie, qui touche actuellement 420 millions de personnes dans le monde, est en plein boom, particulièrement dans les pays émergents (comme la Chine, l’Inde et le Pakistan), dont l’air urbain est fortement pollué.

3,2 millions de cas annuels

Si l’association entre la pollution par les particules fines et le diabète a été confirmée par plusieurs études, celle menée par l’équipe de Ziyad Al-Aly, épidémiologiste au Saint Louis Health Care System (Missouri), révèle le poids de la qualité de l’air dans l’épidémie mondiale de cette maladie chronique. Et il est important: 3,2 millions de nouveaux cas de diabète survenus en 2016 seraient liés aux PM2,5, soit 14% des cas totaux de 2016[i].

Les chercheurs ont analysé 1,7 million de personnes issues d’une cohorte de vétérans en fonction de l’exposition à la pollution par les PM2,5. Bilan: toute hausse de 10 microgrammes par mètre cube (µg/m3) du taux de PM2,5 est liée à une hausse de 15% du risque de diabète.

Des effets à faible seuil

Plus inquiétant, les effets se font sentir à faible taux, dès 2,4 µg/m3, et connaissent un plateau vers 10 µg/m3. Ce qui est justement le seuil de qualité fixé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour les PM2,5, valeur rarement respectée mais qui, du moins sur la question du diabète, passe manifestement à côté du but.

Parmi les 10 pays les plus peuplés au monde, le Pakistan, dont les villes sont les plus polluées au monde, arrive en tête quant aux effets diabétiques de la pollution: en 2016, il a enregistré 58,8 cas de diabète directement liés à la pollution pour 100.000 personnes, contre une moyenne mondiale de 40,2 cas pour 100.000. Plus peuplées, la Chine et l’Inde sont premières en nombre de cas, avec environ 600.000 et 590.000 cas de diabète liés à la pollution en 2016.



[i] A noter que le diabète est une maladie multifactorielle, également liée à l’alimentation, à l’obésité, au manque d’activité physique ainsi qu’aux perturbateurs endocriniens. Il n’existe donc pas de cas uniquement lié à la pollution de l’air. Le chiffre de 14% doit dès lors être compris comme un ‘poids’ sur un nombre total de cas.

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus