Diabète : 1 soda par jour, 20% de risque en plus

Le 09 mai 2013 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une étude menée sur 340 000 personnes.
Une étude menée sur 340 000 personnes.

Boire une canette de soda par jour équivaut à accroître d’environ 20% son risque de diabète de type 2 (non insulinodépendant), selon une grande étude européenne publiée dans la revue Diabetologia.

L’impact des boissons sucrées sur le diabète et l’obésité ne laisse plus trop de place au doute. Reste que la plupart des études ont été menées aux Etats-Unis, où la consommation de sodas est bien plus élevée qu’en Europe, rappellent les chercheurs du consortium InterAct, réseau européen spécialisé dans la recherche sur le diabète.

Sans trop de surprise, l’analyse que ces experts ont menée sur plus de 340.000 participants de la cohorte EPIC (European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition) confirme l’association entre diabète et boissons sucrées en Europe.

Pas pour toutes, cependant: les nectars et les jus à base de 100% de fruits semblent n’avoir aucun effet. Quant aux sodas, en boire une seule canette par jour serait lié à une hausse de 22% du risque de diabète. Le surrisque demeure de 18% après prise en compte de l’indice de masse corporelle (IMC), ce qui suggère un impact direct de ces boissons sur le diabète, indépendamment d’une éventuelle obésité.

La situation est différente pour les sodas allégés à base d’édulcorants artificiels, dont l’aspartame: une seule canette par jour est bien associée à une hausse de 52% du risque de diabète, mais ce risque disparaît après intégration de l’IMC dans les calculs. Selon les chercheurs, il faut y voir «une causalité inverse»: les sodas light sont plus fréquemment consommés par des personnes obèses ou en surpoids, public a priori plus susceptible de développer un diabète.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus