Devenir végétarien ou l’avenir de l’humanité

Le 29 août 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Manger moins de viande pour consommer moins d'eau
Manger moins de viande pour consommer moins d'eau

En 2050, l’humanité comptera environ 9 milliards d’êtres humains. Comment les nourrir?

En adoptant un régime végétarien, répondent des scientifiques invités à la conférence mondiale sur l’eau qui se tient actuellement à Stockholm (Suède). 2.500 politiciens, représentants des Nations unies, ONG, et scientifiques venant de 120 pays se réunissent cette semaine pour discuter, dans le cadre de la «World Water Week», des futurs problèmes d’eau et de production agricole de la planète.

En diminuant notre consommation de viande, nous pourrions considérablement augmenter le volume d’eau disponible pour produire des aliments. Car pour produire une nourriture riche en protéines animales, il faut de 5 à 10 fois plus d’eau que pour des aliments non carnés, affirment les auteurs de ce rapport, publié par le Stockholm International water Institute (SIWI). Actuellement, un tiers des terres arables de la planète sont destinées à l’alimentation animale. L’empreinte eau de nos consommations a d’ailleurs été chiffrée il y a une dizaine d’années par des scientifiques de l’université de Twente (Pays-Bas) (voir JDLE). Un bilan rappelé lors du 6e Forum mondial de l’eau à Marseille en mars dernier.

Les auteurs du rapport envisagent d’autres options pour éviter d’éventuelles pénuries d’eau. Eliminer drastiquement le gaspillage alimentaire ou accentuer les échanges entre les pays dont la production agricole est excédentaire et ceux qui se trouvent régulièrement en manque. Une option très ambitieuse car, pour l’instant, surconsommation et gaspillage ne cessent de croître.

Et si la production agricole par habitant ne cesse de progresser, 900.000 personnes souffrent toujours actuellement de la faim et 2 milliards de malnutrition chronique.

70% des ressources en eau douce de la planète sont actuellement destinées à l’agriculture. Avec 2 milliards d’êtres humains en plus sur la planète en 2050, la pression sur les ressources en eau et les terres arables deviendra insoutenable, alertent les auteurs du rapport. Surtout si ces 9 milliards de Terriens adoptent le régime alimentaire des pays occidentaux.

Des experts qui redoutent une compétition accrue entre les différents usagers de l’eau, notamment entre la production agricole et la production électrique. Les scientifiques estiment que la demande énergétique devrait augmenter de 60% d’ici 30 ans ce qui devrait pousser certains à vouloir construire encore plus de barrages hydroélectriques.

Quelle solution alors envisager? Les représentants des Nations unies estiment qu’il va falloir accroitre la production agricole de 70% d’ici le milieu du siècle. Aujourd’hui, 7 milliards d’êtres humains tirent en moyenne 20% de leurs apports en protéines de produits d'origine animale. D'ici 2050, ce chiffre devra donc tomber à 5 % si on veut pouvoir nourrir 2 milliards d'êtres humains supplémentaires.

 «Nous aurons besoin d’une nouvelle recette pour nourrir le monde», affirme l’éditeur du rapport.

Enfin, les scientifiques estiment que le meilleur moyen de protéger les petits cultivateurs de l’insécurité alimentaire est de les aider à investir dans de petites pompes et des technologies simples, plutôt que de développer de grands projets d’irrigation.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus