Développement durable, les pratiques des meilleurs

Le 23 juin 2010
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email


Une vaste entreprise est lancée, qui touche toutes les activités humaines, tous les recoins de la planète, toutes les dimensions des affaires.

Fini les envolées lyriques. Le changement de monde promis lors du lancement du Grenelle de l’environnement en mai 2007, les appels à sauver la terre à l’approche du sommet de Copenhague l’an dernier, les fols espoirs d’une révolution énergétique éclair ne sont plus guère de mise. Les crises (financières, économiques et sociales) comme la raison sont passées par là. Si les promesses de lendemain qui chantent ne se sont pas transformées en petits matins blêmes, chacun a pris conscience que nos modes de production et d’échange ne pouvaient se voir bouleverser d’un claquement de doigts. Encore moins d’un coup de menton politique. Les réalités économiques et technologiques se rappellent à nous chaque jour.

Le facteur temps, surtout. Nos vieilles sociétés ne se transforment pas aussi facilement. Quant au travail des ingénieurs, il s’inscrit dans la durée. On peut discourir à l’infini sur la voiture électrique, nul n’a encore trouvé la recette magique pour stocker les électrons. Il n’empêche. Derrière le terme générique de développement durable une vaste entreprise a été lancée. Celle-ci touche toutes les activités humaines, tous les recoins de la planète, toutes les dimensions des affaires. Il s’agit de s’approprier des pratiques telle la RSE (Responsabilité sociale et environnementale), comme nous le rappelle dans une interview Nicole Notat, d’intégrer les process de certification, de mettre en place des relations nouvelles avec son voisinage comme le montrent de passionnantes expériences à Fos-sur-Mer ou Dunkerque. Il faut aussi prendre en compte le facteur humain que ce soit en matière d’évolution de compétences, de formation initiale ou continue. Dans ce grandmouvement, chacun a pris conscience de sa responsabilité, celle de réduire les impacts de son activité, celle de s’inscrire dans une perspective de temps longue, celle de mieux respecter les hommes et la nature. Qui peut s’en plaindre, si c’est mené avec raison.

N’en déplaise aux apôtres de la décroissance, le grand défi de nos sociétés est de réussir à le faire sans trop bouleverser nos modes de vie. Celui des économies émergentes, plus ardu encore, est d’y parvenir sans sacrifier leur longue et difficile marche vers la prospérité. Qui pourrait leur imposer ? Pour les entreprises en tout cas, le message est clair : le développement durable doit aller de soi. Il est désormais ce que fut leur engagement en matière de qualité durant les années 1990: d’abord une nouveauté, ensuite une obligation, enfin une habitude. Sans compter que cette démarche est un extraordinaire stimulant pour l’innovation. C’est dans ce sens que nous avons voulu, avec ce supplément, livrer des expériences, lancer des idées, illustrer les bonnes pratiques, des contradictions parfois. En espérant vous éclairer et, surtout, vous rendre service.

Pierre-Olivier Rouaud


POUR ALLER PLUS LOIN



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus