Deuxième essai contre le gaspillage alimentaire

Le 09 décembre 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les dons aux associations devraient se généraliser
Les dons aux associations devraient se généraliser

Déposée le 3 septembre par l’ancien ministre délégué à l’agroalimentaire Guillaume Garot, la proposition de loi visant à limiter le gaspillage alimentaire a été adoptée à l'unanimité, ce 9 décembre, à l’Assemblée nationale.

 

«Ce texte propose de généraliser les dons alimentaires aux associations et d’interdire la javellisation des denrées alimentaires consommables, sans oublier de faire de l’éducation à l’alimentation un pivot», a rappelé son auteur, député socialiste de la Mayenne, lors du débat public à la chambre basse. Cette proposition de loi doit permettre d’atteindre l’objectif, fixé en juin 2013 dans l’Hexagone, de réduire le gaspillage alimentaire de moitié d’ici 2025

«La défiscalisation a été actée pour le lait, les œufs, et le sera bientôt pour les fruits et légumes», lui a répondu Stéphane Le Foll, ministre de l’agriculture.

La capitale gagnée par le doggy bag
La mairie de Paris va tester, à partir du 10 décembre, une boîte anti-gaspi auprès de 100 restaurants, en collaboration avec le syndicat professionnel Synhorcat-GNI, qui a déjà soutenu la collecte expérimentale des biodéchets l’an dernier. Trois quarts des Franciliens se déclarent prêts à expérimenter ce doggy bag alors que près de deux tiers reconnaissent ne pas finir leur assiette au restaurant.

Ce texte n’est pas une première puisque des dispositions similaires avaient déjà été votées dans le cadre de la loi sur la transition énergétique cet été, avant d’être retoquées, au mois d’août, par le Conseil constitutionnel pour un vice de procédure. Il a été signé par 220 députés de tous bords politiques.

 

Conventions de dons obligatoires

L’article 1er oblige les grandes et moyennes surfaces (de plus de 400 mètres carrés) à conclure des conventions de dons –qui seront précisées par décret- avec les associations caritatives d’ici le 1er juillet 2016. En cas de non respect, des sanctions pourront être prononcées.

L’article 2 transfère la responsabilité du distributeur au fournisseur dans le cas de dons de denrées de marques distributeurs.

L’article 4 permet enfin aux entreprises de faire valoir leurs actions de lutte contre le gaspillage dans le cadre de leur responsabilité sociale et environnementale (RSE).

Environ un tiers de la production alimentaire est gaspillée sur la planète, selon un rapport de la FAO[1]. Cela représente 7% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Si le gaspillage alimentaire était un pays, ce serait le troisième émetteur après la Chine et les Etats-Unis.



[1] Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus