Deux tiers des nappes phréatiques toujours au plus bas

Le 20 novembre 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Etat des nappes au 1er novembre 2017
Etat des nappes au 1er novembre 2017
BRGM

71% des nappes souterraines affichent un niveau modérément bas à très bas, selon le communiqué publié le 17 novembre par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM).

 

Avec 71% des nappes dans le rouge, l’Hexagone reste confronté à une situation critique, comparable à celle observée en août. En cause: le manque de pluies automnales abondantes. Avec un déficit pluviométrique proche de 70%, le mois d’octobre se classe au 5e rang des mois d’octobre les plus secs depuis 1959[1]. Au final, seules 20% des nappes affichent un niveau autour de la moyenne.

 

Vallée du Rhône, PACA, Languedoc

Au 1er novembre, les niveaux les plus bas sont observés dans la vallée du Rhône (au sud de Lyon), le Périgord, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), et sur le littoral du Languedoc. Si le phénomène de baisse des niveaux s’est ralenti au cours des deux derniers mois, il touche toujours la moitié des points de mesure (contre 83% en août). Faible pour la saison, le nombre de points en hausse (21%) traduit toutefois un début timide de la période de recharge hivernale, habituellement observée entre octobre et avril. «Cette situation est assez particulière dans la mesure où on aurait pu espérer observer dès à présent un effet plus marqué des premières pluies», estime le BRGM.

 

Usages restreints dans 25 départements

Alors que la sécheresse a atteint son point culminant en août, avec 84 départements visés par un arrêté de restriction des usages de l’eau, le ministère de la transition écologique avait annoncé un plan d’action de préservation de la ressource, dont la mise en œuvre n’est pas encore d’actualité. Selon le site Propluvia, 25 départements restent frappés par une restriction des usages de l’eau au 20 novembre.

Micropolluants / L’agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse (RMC) a lancé, le 16 novembre, un nouvel appel à projets pour mieux connaître les émissions de micropolluants des stations d’épuration d’une capacité supérieure à 10.000 équivalents habitants. 370 installations sont concernées dans la région. Doté d’une enveloppe de 4 millions d’euros, l’appel à projets est ouvert jusqu’au 30 juin 2018.


[1] Avec 1978, 1969, 1985 et 1971

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus