Deux pommes GM autorisées aux Etats-Unis

Le 18 février 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Pomme fraîche ou vieille "Arctic"?
Pomme fraîche ou vieille "Arctic"?
DR

Aux Etats-Unis, deux pommes génétiquement modifiées, dont la particularité est de brunir moins vite une fois coupées, sont autorisées depuis ce mercredi. Au grand dam de plusieurs associations de consommateurs, selon qui tous les risques n’ont pas été évalués par les autorités.

Dénommées Arctic, ces deux variétés, l’une Granny Smith, l’autre Golden, ne seront probablement pas en rayon «avant plusieurs années», explique l’Animal and Plant Health Inspection Service (APHIS), qui dépend du département de l’agriculture. A l’origine de ces produits, la société canadienne Okanagan Specialty Fruits table quant à elle sur 2016.

Ces pommes ont été modifiées de manière à inactiver la polyphénol oxydase (PPO), enzyme responsable du brunissement du fruit une fois celui-ci coupé. Une particularité surtout intéressante pour les pommes transformées, sous forme de tranches vendues sous vide ou comme ingrédients de produits plus élaborés, bien moins pour les pommes entières.

Dans un communiqué, l’APHIS indique n’avoir rien trouvé à redire à la «dérégulation» de ces produits, qui ne pose selon lui aucun risque environnemental. D’un point de vue nutritionnel, les pommes GM serait équivalentes à des pommes standard, si ce n’est une plus grande quantité de vitamine C, probablement liée à l’absence de PPO.

Craintes sur la sécurité sanitaire

Lors de la consultation publique, l’APHIS dit avoir en particulier reçu des commentaires sur la sécurité sanitaire du produit, d’autres s’inquiétant pour les exportations américaines de pommes. Toutefois, «la décision finale de l’APHIS ne peut se baser que sur l’analyse des risques potentiels comme pathogène pour l’agriculture ou pour d’autres plantes», explique-t-il dans un communiqué.

Du côté des associations, l’accueil est assez peu enthousiaste. Outre les risques liés à la technique de transgénèse, celle de l’interférence par ARN, Food & Water Watch craint que les pommiers soient en moins bonne santé et nécessitent plus de traitements aux pesticides, la PPO participant à la défense contre les pathogènes.

D’un point de vue alimentaire, le consommateur pourrait se trouver berné par la couleur du produit, porté à croire qu’il mange un produit frais alors que celui-ci ne le serait plus vraiment. Que ce soit d’un point de vue nutritionnel, avec une dégradation des vitamines, ou en matière de pathogènes alimentaires. Or pour le Center for Food Safety, les pommes pré-coupées font déjà partie des produits les plus souvent rappelés en raison de problèmes d’hygiène.

Au-delà des consommateurs, le blocage pourrait venir des producteurs eux-mêmes. Plusieurs organisations, dont l’US Apple Association, se sont en effet élevées contre l’autorisation de ces pommes, craignant un impact négatif sur le marché. Et en 2013, McDonald’s et Gerber, spécialiste de l’alimentation infantile, se sont engagés à ne pas y recourir.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus