Deux pistes pour transformer l’éco-taxe

Le 12 juin 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le réseau taxable risque d'être sérieusement raboté
Le réseau taxable risque d'être sérieusement raboté

Le Premier ministre Manuel Valls s’apprête à rendre son arbitrage, très attendu, sur le devenir de l’éco-redevance sur les poids lourds ou «éco-taxe».

Selon une information parue le 11 juin dans Les Echos, deux scenarii retiendraient toute l’attention du gouvernement. Première option: l’éco-taxe deviendrait une franchise mensuelle kilométrique, variant selon le poids et les émissions du camion. Soit la solution préconisée par le rapport de la mission sur l’éco-taxe, présenté à l’Assemblée nationale le 14 mai dernier. Deuxième possibilité: une réduction majeure du réseau taxé aux seuls grands axes, celui-ci passant de 15.000 à 4.000 kilomètres. Curieusement, son nouveau tracé éviterait soigneusement la Bretagne et ses bonnets rouges.

Dans les deux cas, les trajets courts devraient être exonérés. Bilan: 800 ou 500 millions d’euros de recettes par an selon l’option, au lieu de 1,2 Md€ prévus initialement. D’où la nécessité de compléter le dispositif, avec par exemple le rachat des contrats de concession autoroutière, suggéré par la mission présidée par le député socialiste Jean-Paul Chanteguet, ouvrant sur de larges bénéfices annuels.

Les associations environnementales n’ont pas caché leur déception. «Si nous soutenons l’idée d’une franchise locale, nous nous opposons très fortement à une solution qui consisterait à retirer des routes du dispositif, en se privant de ressources indispensables à l’entretien du réseau et au développement des alternatives au tout routier», a déclaré France Nature Environnement dans un communiqué.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus