Deux petites aides pour la rénovation thermique

Le 19 septembre 2013 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
16% des Français comptent lancer des travaux de rénovation énergétique
16% des Français comptent lancer des travaux de rénovation énergétique

Le dispositif d’aide à la rénovation énergétique des logements, annoncé par François Hollande, a été précisé ce 19 septembre par le Premier ministre en déplacement à Arras (Pas-de-Calais). Il se base sur un dispositif d’information et crée deux nouvelles primes sous conditions de revenus.

Conçu pour atteindre l’objectif de 500.000 logements rénovés par an d’ici 2017, et diminuer de 38% la consommation d’énergie du bâtiment en 2020, le nouveau plan du gouvernement repose, sur le papier, sur la création d’un «service public de la rénovation énergétique». Traduction: les Français auront à leur disposition un numéro de téléphone national (0 810 140 240) pour répondre à leurs questions, ainsi qu’un site internet et 450 «points Rénovation information service» (Pris). Une campagne de communication nationale va orchestrer ce lancement.

 

Deux nouvelles primes non conditionnées à la performance énergétique

Pour compléter le programme, «les aides existantes –éco-prêt à taux zéro et crédit développement durable- vont être optimisées», selon le communiqué conjoint des ministères de l’écologie et du logement. Il faut y ajouter une très légère hausse de la subvention spécifique pour les ménages modestes (de 35% à 40% du montant des travaux) et deux nouvelles primes, de 1.350 et 3.000 euros. La première s’adresse aux ménages propriétaires dont les revenus ne dépassent pas 25.000 € pour une personne seule, 35.000€ pour un couple et 50.000€ pour une famille avec deux enfants. Ouverte aux factures de travaux postérieures au 31 mai 2013, elle s’arrêtera au 31 décembre 2015.

La seconde (3.000€) touche les ménages les plus modestes. Il n’est pas sûr que ces mesures soient suffisantes pour tripler le nombre de logements rénovés, qui s’élevait à 150.000 en 2012.

«Ce guichet unique sans moyens et ces primes ne suffiront pas à rénover 500.000 logements par an», déplore le réseau Action-climat. L’association rappelle que le crédit d’impôt développement durable existe depuis 2005 et n’a pas réussi à donner d’élan à une large rénovation thermique. «Ne pas fixer de critères de performance énergétique pour l’obtention de la prime revient à gaspiller l’argent public», a ajouté à l’AFP Meike Fink, chargée de mission Climat-énergie au RAC.

 

16% des Français comptent lancer des travaux

Selon une étude TNS-Sofres publiée ce 19 septembre pour l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), la facture énergétique des Français a atteint, en moyenne, 1.403 € en 2012, contre 1.239€ en 2007. Seuls 12% des citoyens ont fait des travaux pour essayer de réduire ce coût. La part des ménages ayant l’intention d’en lancer s’est même réduite. Ils ne sont plus que 16% à le vouloir en 2012, contre 18% en 2011.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus