Deux militants de Greenpeace relaxés

Le 28 février 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La centrale de Cruas, dans la vallée du Rhône
La centrale de Cruas, dans la vallée du Rhône

Le tribunal correctionnel de Privas a relaxé, aujourd’hui 28 février, les deux militants qui s’étaient introduits en décembre dernier dans la centrale nucléaire de Cruas (Ardèche).

Les juges n’ont donc pas suivi le parquet qui avait requis, le 24 janvier dernier, une peine de 4 à 6 mois de prison avec sursis et de 1.000 à 1.500 euros d’amende (voir JDLE). Ils ont prononcé la relaxe pour des questions de procédure.

Pour rappel, les deux hommes avaient réussi à se cacher au sein de la centrale pendant 14 heures, avant d’être interpellés.

Ils étaient jugés pour violation de domicile et locaux professionnels ainsi que dégradation de biens publics en réunion.

Selon leur avocat, Alexandre Faro, le tribunal a retenu la notification tardive des droits des prévenus ainsi que la non-information des délits qui leur étaient reprochés.

Le 21 février, le tribunal correctionnel de Troyes, qui jugeait les 9 militants entrés dans la centrale de Nogent-sur-Seine (Aube), s’était quant à lui déclaré incompétent.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus