Deux collectivités acceptent de recevoir les déchets de Fukushima

Le 28 août 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Des millions de tonnes de déchets radioactifs sont stockés dans la nature.
Des millions de tonnes de déchets radioactifs sont stockés dans la nature.
VLDT

Le gouvernement japonais commence à respirer. Après trois ans de recherche sur le terrain et de concertation, la gestion des déchets radioactifs générés par la catastrophe de Fukushima pourrait trouver un début de solution. Les élus d’Okuma et de Futaba, deux villes situées à proximité de la centrale et considérées parmi les plus contaminées, ont donné leur aval à la construction de gros centres d’entreposage de déchets radioactifs.

Ces installations devraient abriter, une trentaine d’années durant, les millions de Big Bags stockés un peu partout sur le territoire de la préfecture et contenant des déchets plus ou moins radioactifs. Trente ans, c’est le temps que s’est donné le gouvernement central pour élaborer une solution définitive.

Pour faire plier les édiles, Tokyo n’a pas lésiné. Pas moins de 301 milliards de yens (2,2 milliards d’euros) de subventions seront accordées aux deux communes, aujourd’hui désertées par leurs habitants.

Chacune de ces énormes décharges (ISF en jargon gouvernemental) devra accueillir entre 15 et 28 millions de mètres cubes de déchets radioactifs. En principe, n’y seront stockés que les déchets dont l’activité dépasse les 100.000 becquerels par kilogramme. Les résidus moins actifs (terre agricole, gravats) seront envoyés dans de petits entreposages, voire en décharges municipales.

Pour autant, l’inauguration des ISF d’Okuma et de Futaba n’est pas pour demain. Avant que les bulldozers ne débutent leur ballet, les propriétaires des terrains devront aussi donner leur accord. Tout comme la préfecture de Fukushima.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus