Deux appels d’offres pour la petite hydroélectricité

Le 02 mai 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Seuls les moulins répertoriés sur la carte de Cassini (1756 et 1815) peuvent prétendre produire de l'électricité.
Seuls les moulins répertoriés sur la carte de Cassini (1756 et 1815) peuvent prétendre produire de l'électricité.
BNF

La ministre chargée de l’énergie a rendu public, jeudi 27 avril, le résultat du premier appel d’offres portant sur les petites centrales hydroélectriques.

Au total, 19 projets, dont la puissance unitaire varie entre 0,1 et 2 mégawatts, ont été sélectionnés.

Selon les cas, ils portent sur la construction d’installations complètes (barrages et centrale hydroélectrique) ou sur l’aménagement d’installations existantes (barrages, moulins). Cumulée, la puissance reste modeste: 27 MW.

Autoconsommation. Dans le décret n° 2017-676 du 28 avril, relatif à l’autoconsommation, le gouvernement précise le rôle d’Enedis (anciennement ERDF) et des entreprises locales de distribution (ELD) dans la mise en œuvre des opérations d'autoconsommation collective. Le texte fixe la puissance installée maximale des installations pouvant injecter leur surplus d'électricité. Le décret modifie les critères d'éligibilité aux dispositifs de soutien sous forme d'obligation d'achat ou de complément de rémunération.

Les propriétaires des 4 ‘moulins électriques’ sélectionnés bénéficieront d’un tarif d’achat de 150,7 euros le mégawattheure. Les autres vendront leur courant au prix du marché, assorti du complément de rémunération créé par la loi de transition énergétique. Son montant variera entre 102,6 et 149,9 €/MWh. Le tout pouvant être complété d’une prime de 3 €/MWh lors de financements participatifs.

Nouvelle sélection

Dans la foulée, Ségolène Royal a lancé un nouvel appel d’offres pour 105 MW de nouvelles petites centrales hydroélectriques, réparti en trois périodes de candidature de 35 MW.

La première période de candidature du nouvel appel d’offres se clôturera le 31 janvier 2018, indique le ministère de l’environnement. Les candidats devront au préalable adresser une demande de précadrage environnemental avant le 14 août prochain.

La programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) du 28 octobre 2016 prévoit d’augmenter de 500 à 750 MW la capacité hydroélectrique installée d’ici 2023.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus