Des vignes de l’Hérault vitrifiées par le sel de la Méditerranée

Le 11 octobre 2017 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les vignes héraultaises, brulées par capillarité.
Les vignes héraultaises, brulées par capillarité.
@DR

La mer, en remontant dans l’embouchure de l’Orb, imprègne de sel des terres viticoles, alors condamnées à une mort rapide et irrémédiable. Une salinisation qui s’explique par une baisse des précipitations et une augmentation des prélèvements en amont, notamment de la part des urbains et des touristes.

Moins de pluie. Plus de prélèvements en amont. Prises en étau entre le changement climatique et la soif galopante des urbains et des touristes, les vignes de l’embouchure de l’Orb sont en train de mourir. Car ce fleuve côtier, avant de se jeter dans la Méditerranée à la hauteur de la station balnéaire de Valras-Plage, charge en sel les terres agricoles qu’il traverse. «Les plantes font moins de feuilles. L’année suivante, elles sont grillées, les raisins se dessèchent comme des grains de Corinthe. Et le pied tombe l’année d’après», résume Sophie Noguès, élue à la chambre d’agriculture de l’Hérault. Cette dernière vient de publier une étude qui chiffre les conséquences financières et d’emploi du phénomène: l’économie viticole -1.500 hectares concernés- souffrirait de pertes de près de 23 millions d’euros en hypothèse basse et de 45 M€ en hypothèse haute d’ici 2030. «Malgré des stratégies de commercialisation en adéquation avec les marchés, l’avenir et le maintien de l’activité pose question si la salinisation venait a? progresser comme les agriculteurs en ont témoigné lors des enquêtes», redoutent les professionnels.

Lessivage trop court

La salinisation est un phénomène ancestral, que les viticulteurs locaux savaient compenser en inondant leurs parcelles en janvier et février pour faire chuter la concentration en sel. Mais ce lessivage hivernal ne peut plus durer aussi longtemps désormais -4 semaines en moyenne-, car la salinité du fleuve, malgré un débit plus élevé que le reste de l’année, a atteint des niveaux trop élevés sur les 15 derniers kilomètres avant l’embouchure. En cause, de faibles précipitations, auxquelles s’ajoutent les recalibrages successifs du lit de l’Orb pour y accueillir des bateaux de plaisance. «A la hauteur du village, les anciens traversaient le fleuve à pied!, témoigne Sophie Noguès, dont 3 des 22 ha de vignes ont grillé. Aujourd’hui, le tirant d’eau atteint 6 mètres à certains endroits.» Résultat, les entrées maritimes se sont plus facilement qu’auparavant, amplifiant le phénomène. S’y ajoute un entretien des fossés devenu insoutenable financièrement dans des exploitations dont le linéaire n’a cessé de croître, ainsi que des remontées de la nappe a? proximité de la zone racinaire.

Un tourisme sur la lune?

Mais ce sont surtout les prélèvements en amont que dénoncent les agriculteurs. «Que la priorité aille à l’eau potable, on ne peut pas lutter, précise la viticultrice. Mais nous demandons un ralentissement de l’urbanisation, du tourisme et ses piscines, jeux ludiques d’eau et autres campings, ainsi qu’une diminution des pompages vers l’Aude, pour alimenter le littoral vers Port-la-Nouvelle.» L’affaire pourrait bientôt inquiéter le secteur touristique. Car dans ces zones stérilisées, qui aura envie de venir demain? «Mon platane de 120 ans d’âge est mort en deux ans, se lamente Sophie Noguès. Ça leur plairait, aux touristes, de voir… rien? Sur 2,5 km au bord de l’Orb, tous les arbres sont déjà morts.»

Céréales et légumes salés aussi

Les solutions envisagées ne sont pas légions et se limitent à demander la construction de retenues collinaires, c’est-à-dire de bassins artificiels pour stocker l’eau de pluie. Une demande qui devrait s’amplifier, puisque la viticulture n’est pas la seule à être touchée par la salinisation. Des céréaliers et des maraîchers commencent à en souffrir. Et d’autres zones du littoral sont concernées, comme dans les environs d’Agde, croit-on savoir à la chambre d’agriculture.

 

 

 

 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus