Des vœux pieux pour lutter contre la précarité énergétique

Le 18 avril 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Sujet politique, la lutte contre la précarité énergétique est à peu près ignorée par les candidats.
Sujet politique, la lutte contre la précarité énergétique est à peu près ignorée par les candidats.
DR

La pauvreté des programmes consacrés au logement et au bâtiment est sans doute le reflet de l’expansion de la précarité énergétique.

Voilà des années que les politiques le martèlent: il faut lutter contre la précarité énergétique. L’édition 2017 des présidentielles n’échappe pas à cette règle. Chaque candidat y va de sa promesse.

Réduire l’énergie consommée

Benoît Hamon annonce un plan de rénovation du bâtiment et la construction de logements à basse consommation. François Asselineau promet juste de «réduire l’énergie consommée par les bâtiments». Facile: il suffit d’éteindre la lumière en sortant.

On est loin du programme du Nouveau Parti Anticapitaliste. Philippe Poutou, son ouvrier-candidat, propose un plan de réhabilitation des logements existants, la disparition du chauffage électrique. Sans omettre la constitution d’un service public de construction des logements «sobres et accessibles».

700.000 logements par an

Jean-Luc Mélenchon n’y va pas par 4 chemins: ce sera la rénovation de 700.000 logements par an. Mieux que François Hollande en 2012.

Sachant manier la syntaxe du droit fiscal, Emmanuel Macron veut croire que le remplacement du crédit d’impôt transition énergétique (Cite) par une prime octroyée aux citoyens suffira à déclencher une vague de rénovation des logements.

François Fillon n’est pas loin de le penser. Le candidat LR propose cependant de combiner le Cite à un crédit d’impôt (à créer) favorisant l’utilisation dans le bâtiment d’éco-matériaux.

Livret d’épargne

Finance toujours, le président Nicolas Dupont-Aignan créera un livret d’épargne spécial «économie d’énergie». Il succédera probablement à celui dédié au développement durable. Le fondateur de Debout la France refondra aussi la norme thermique RT 2012 et obligera les propriétaires à remplacer leur chauffage au gaz par des convecteurs électriques, émettant moins de CO2.

Une nouvelle fois, Jacques Cheminade et Marine Le Pen sont d’accord: pour réduire la demande d’énergie du logement, il faut mieux l’isoler.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus