Des taux alarmants de PBDE

Le 01 juin 2005 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Des chercheurs américains ont enregistré des taux de polybromodynphéniléthers (PBDE) chez des New Yorkais beaucoup plus hauts que dans les études précédentes. Les travaux des scientifiques du département de la santé de l'Etat de New York sur cette substance chimique souvent utilisée comme retardateur de flamme dans les produits électroniques et l'automobile ont été publiés dans la revue Environmental science and technology. La concentration moyenne du groupe de 52 personnes est 4 à 9,5 fois plus importante que celle des études précédentes. Les analyses d'un homme de 32 ans ont montré un taux de 9.630 nanogrammes par gramme de tissu graisseux, un taux extrêmement important et préoccupant selon les médecins. Ces résultats sont présentés comme un «choc» par les chercheurs. Pour le moment, le PBDE n'a été lié à aucun effet sur la santé humaine, mais des études sur les animaux montrent des impacts sur le foie et sur la thyroïde. En outre, le PBDE pourrait être neurotoxique et reprotoxique. Dans l'Union européenne, le PBDE fait partie des substances chimiques jugées dangereuses par la directive relative à la limitation de l'utilisation de certaines substances dangereuses dans les équipements électriques et électroniques, dite ROHS, à l'instar du plomb, mercure, cadmium, chrome hexavalent, et polybromobyphényles (PBB). L'utilisation de toutes ces substances va être limitée voire interdite à partir du 1er juillet 2006.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus