Des substances dangereuses dans l’eau de New Delhi

Le 14 novembre 2006 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Durant ces 6 derniers mois, le Central pollution control board (CPCB) a réalisé des tests sur des échantillons recueillis à 30 endroits différents de la capitale indienne. Ils ont détecté dans l'eau du robinet des teneurs en trihalométhanes (THM) 4 à 5 fois supérieures aux normes de sécurité recommandées par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Le seuil est par exemple de 60 microgrammes par litre pour le bromodichloromethane, un des THM existant avec le chloroforme et le bromoforme.

Ces substances sont issues de la réaction entre la chlorine et de faibles concentrations en matériaux organiques naturels, présents en grande quantité dans la rivière Yamuna qui traverse Delhi. La réaction peut également se produire durant la phase de distribution de l'eau.

D'après le Hindustan Times du 12 novembre, Anil Bansal, médecin au Conseil médical de Delhi, aurait indiqué que l'eau peut être la cause de cancers du côlon, du rectum, de la vésicule biliaire, ou de fausses couches, lorsque les concentrations en THM dépassent 0,46 milligrammes par litre. Dans les pays occidentaux, des procédés de purification de l'eau comme l'ozonation sont déjà adoptés pour réduire les teneurs en THM.

Les détails de l'étude seront accessibles dans la newsletter de décembre du CPCB, appelée Parivesh.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus