Des saumons écossais élevés aux pesticides

Le 11 septembre 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'aquaculture écossaise menacée par un parasite?
L'aquaculture écossaise menacée par un parasite?

L’agence de l’environnement écossaise (Sepa) révèle que l’utilisation de pesticides dans les élevages de saumon écossais a augmenté de 110% au cours des 4 dernières années. La faute à un parasite des saumons, devenu en résistant aux traitements: le pou des saumons.

Dans le même temps, la production de saumon n’a augmenté que de 22%, passant à 158.000 tonnes. Alors que l’Ecosse espère augmenter de 50% sa production d’ici 2020.

Les écologistes sont inquiets de l’accumulation de ces produits chimiques dans le milieu marin, des molécules classées comme toxiques pour l’environnement marin. Les fermes aquacoles écossaises utilisent deux molécules principalement. Il s’agit d’un organophosphoré qui attaque le système nerveux des poux et du teflubenzuron, qui inhibe la croissance de leur coquille. Selon le directeur du WWF Ecosse, les biologistes marins auraient démontré que ce dernier est toxique pour les crustacés et notamment les jeunes langoustes, les crabes et les crevettes.

En fait, les fermes aquacoles luttent tant bien que mal contre l’infestation de ce pou des saumons. Un super pou, ultra résistant, a d’ailleurs fait son apparition dans les fermes norvégiennes. En février dernier, on notait l’explosion de la population du parasite dans les îles Shetland. Pour lutter contre ce fléau, les élevages de saumon emploient donc de plus en plus de produits phytosanitaires. Résultats, 54 fermes écossaises ont reçu, en 2011, une mauvaise note du Sepa, notamment à cause de concentrations élevées en résidus de pesticides dans les sédiments marins.

L’association écossaise des pêcheurs de truite et de saumons révèle qu’en 2009, 137 fermes écossaises ont été classées comme étant de mauvaise qualité justement à cause de ces résidus. 64 d’entre elles étant considérées comme très limite.

Mais l’agence écossaise de l’environnement n’a pourtant mené aucune étude sur ce problème, jusqu’à présent.

 

 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus