Des risques sanitaires liés aux purificateurs d’air

Le 16 janvier 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Depuis plusieurs années, la Californie met en garde les consommateurs contre l’utilisation de certains purificateurs d’air qui produisent de l’ozone.

10% des foyers californiens possèdent un purificateur d'air qui produit intentionnellement de l'ozone, ou en génère en tant que sous-produit. Environ 828.000 Californiens seraient ainsi exposés chez eux à des niveaux dangereux d'ozone. C'est ce que montre une enquête réalisée par un centre de recherche de l'université de Berkeley (1).

En 1997 déjà, l'officier de santé de Californie avait alerté la population sur les risques liés à l'utilisation de certains purificateurs dans un espace confiné. L'Air resources board de Californie (ARB) est un bureau de l'Agence de protection de l'environnement (EPA) de Californie. Il a pour mission de réunir des données relatives à la qualité de l'air et de fixer des normes pour la Californie, et ne cesse de pointer du doigt ces appareils qui, au dire des fabricants, éliminent de notre air intérieur particules fines, substances chimiques, bactéries et odeurs, grâce à l'ozone qu'ils produisent. Or selon l'ARB, ils sont dangereux car l'ozone réagit avec d'autres gaz, produisant des substances telles que le formaldéhyde ou des particules fines (que les appareils sont supposés éliminer), dangereuses pour la santé.

Dans un communiqué du 31 mai 2006, Robert F. Sawyer, président de l'ARB, a ainsi déclaré: «Malheureusement, les appareils producteurs d'ozone sont souvent vendus aux personnes les plus à risque, c'est-à-dire celles qui ont des insuffisances respiratoires ou des systèmes immunitaires affaiblis. Il est préférable pour tout le monde d'éviter ces appareils qui affectent la santé».

En septembre 2006, le gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger a signé un projet de loi qui impose à l'ARB de développer une réglementation visant à limiter les émissions d'ozone des purificateurs d'air d'ici 2008. Au final, le texte réglementaire devra notamment imposer une norme de concentration d'émissions d'ozone équivalente à la limite fédérale pour les purificateurs, des procédures de test pour les fabricants, des procédures de certification et un étiquetage sur l'emballage indiquant si l'appareil est certifié.

Les normes de qualité de l'air ambiant en Californie (CCAQS) pour l'ozone sont de 90 parties par milliard (ppb) sur une moyenne d'une heure, et de 70 ppb sur une moyenne de 8 heures. La norme fixée par la Food and drug administration (FDA) au niveau fédéral pour les purificateurs médicaux est de 50 ppb. Mais, publié le 5 mai 2006, un rapport de l'ARB (2) montre que quatre modèles de générateur d'ozone commercialisés en Californie, et utilisés comme prescrit par les fabricants, peuvent produire des concentrations en ozone dépassant l'ensemble des normes. Utilisés avec une certaine configuration, certains modèles atteignent même des concentrations 4,5 fois supérieures à la norme CAAQS de 90 ppb. A ce niveau, les problèmes d'asthme sont susceptibles d'être accentués, et des problèmes pulmonaires et des difficultés respiratoires peuvent apparaître. Finalement, mieux vaut limiter les sources de pollution domestique (bougies, cigarettes…) et bien ventiler les pièces.



(1) Survey of the use of ozone-generating air cleaners by the California public, Robert H. Lee, Director of Survey Operations, Survey Research Center, University of California Berkeley

(2) Evaluation of ozone emissions from portable indoor “Air cleaners” that intentionally generate ozone,staff technical report to the California Air Resources Board, May 5, 2006




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus