Des pompes à chaleur inefficaces en Grande-Bretagne

Le 08 septembre 2010 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

La majorité des pompes à chaleur installées en Grande-Bretagne seraient insuffisamment performantes, selon les résultats d’une enquête conduite par l’agence britannique de promotion de l’efficacité énergétique, l’Energy Saving Trust.

Cette étude, la plus vaste conduite outre-manche sur le sujet, a analysé sur 12 mois les performances de 83 pompes à chaleur (PAC) domestiques de 14 marques différentes -dont 54 géothermiques et 29 aérothermiques- utilisées dans des logements privés et sociaux, pour le chauffage seul ou en combinaison avec l’alimentation en eau chaude.

Le fonctionnement des PAC est l’inverse de celui d’un réfrigérateur : elles utilisent un fluide refroidissant pour transférer la chaleur de l’air extérieur ou du sol dans le bâtiment. Si les pompes ont besoin d’électricité pour fonctionner, elles doivent générer en théorie plus d’énergie qu’elles n’en consomment.

Or, seules 13% des PAC étudiées ont présenté une efficacité supérieure ou égale à 3, correspondant à un bon niveau de performance (3 unités de chaleur produites pour 1 unité d’électricité utilisée). 80% des PAC n’ont pas atteint le niveau d’efficacité de 2,6 requis par la directive européenne pour la classification comme source d’énergie renouvelable, ajoute le Guardian.

Les pompes géothermiques avaient des performances légèrement meilleures que les pompes aérothermiques, même si en moyenne, leurs résultats étaient inférieurs à ceux relevés dans des études similaires en Europe.

Les performances des PAC, très variables d’un site à l’autre, dépendent notamment de l’installation de l’appareil ainsi que du comportement de l’utilisateur. Le rapport pointe le recours à plusieurs entrepreneurs pour l’installation, au lieu d’un seul comme c’est l’usage ailleurs en Europe, mais aussi des équipements mal dimensionnés et une formation insuffisante des usagers.

Les PAC ont toutefois permis de réduire la facture de chauffage de certains clients, notamment ceux n’ayant pas accès au réseau de gaz, obligés de recourir au chauffage électrique, au GPL ou au fioul (5 millions d’habitants concernés).

Des recherches supplémentaires vont être conduites sur chaque site jusqu’à la mi-2011, afin d’élucider certaines variations de performance sur des sites pourtant similaires.

Un groupe de travail devrait émettre d’ici à 6 mois une série de recommandations sur la formation des installateurs et des usagers et sur les pratiques d’installation.

Selon le Guardian, ce rapport pourrait affecter les projets du gouvernement qui a prévu de lancer un vaste plan de subventions pour promouvoir l’installation de pompes à chaleur chez les particuliers, en avril 2011. A moins que le plan soit victime de coupes budgétaires dès le mois prochain.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus